Méditation chrétienne

Forum d'échange et de partage autour de la pratique de la méditation chrétienne selon l'enseignement de John Main, osb.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Dieu peut il être affligé ... consolé ?
Dieu peut être affligé
33%
 33% [ 2 ]
Dieu peut être consolé
33%
 33% [ 2 ]
Dieu ne peut être affligé
17%
 17% [ 1 ]
Dieu ne peut être consolé
17%
 17% [ 1 ]
Total des votes : 6
 

AuteurMessage
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Mer 2 Déc 2015 - 18:58

C’est en lisant ce passage d’un livre de Jacques Vigne, que j’ai été poussé à approfondir la question de la consolation. Je vous donne à disposition le fruit de cette étude. Faites en bon usage. Merci !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La voie du silence Jacques Vigne a écrit:
L’homme ordinaire attend des consolations de la religion, mais on peut dire paradoxalement que l’ermite, lui, console Dieu (consolare, « être avec celui qui est seul »), car il tient complètement compagnie à cet Unique qui sinon demeure dans une demi-solitude ; les gens du monde en effet ne lui consacrent qu’une demi-attention.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] 
Fichiers joints
Heureux les affligés.pdf
Dieu peut il être affligé ?
Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.
(456 Ko) Téléchargé 2 fois


Dernière édition par Christian le Jeu 3 Déc 2015 - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Mer 2 Déc 2015 - 21:47

Merci pour cette passionnante recherche sur les mots "affligé" et "consolé"! Ca ouvre de belles perspectives....
Ta façon de poser les choses me fait irrésistiblement penser à Maurice Zundel.
Oui en ce moment je communique par personnes interposées geek . Je n'ai hélas pas beaucoup de temps pour me poser, réfléchir et écrire même si ça n'est pas l'envie qui me manque... Crying or Very sad Smile

Cela dit même si je suis extrêmement sensible à la vérité que vous pointez toi et lui je me sens obligée de réfuter en même temps que je reconnais que c'est vrai. D'un certain point de vue Dieu souffre, Dieu est petit, Dieu est faible ...Avec nous ....Pour nous...Tant que nous nous vivons séparés de lui. Or forcément la séparation n'existe pas, elle est pure illusion, néant. Dieu est Un, il est Tout et en lui il n'y a pas de ténèbres. C'est ce que je crois en tout cas.

 Pour moi c'est par pur amour qu'il accepte de s'identifier à la souffrance qui résulte de cette erreur, qu'il accepte de nous accompagner dans nos enfers. Sa souffrance n'est pas tout à fait ma souffrance, elle la contient et l'illumine, elle l'inonde d'amour et de compréhension...
Discrètement, parce que l'amour aime la liberté et qu'il a tout son temps. Il sait que la consolation( je mets là un sens très personnel au mot) est déjà là de toute éternité.

Donc pour moi Dieu ne peut ni souffrir ni être consolé de cet autre point de vue.



Zundel a écrit:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Homélie - Les hôtels-Dieu

Homélie de Maurice Zundel, pour le 1er dimanche de carême 1956, journée des malades. Publié dans « Ta Parole comme une source », page 217 (*)




Les vieux hôpitaux français portent jusqu'aujourd'hui le nom d'Hôtel-Dieu. Ce nom admirable d'Hôtel-Dieu condense toute une théologie. Il nous rappelle d'abord, il nous rend sensible la compassion de Dieu. Nous avons tous dans le souvenir, dans cette mémoire du cœur sans laquelle on ne peut pas lire l'Évangile, ce texte admirable de Matthieu 25 : " J'étais malade et vous m'avez visité ". L'Hôtel-Dieu reçoit donc dans ses murs, reçoit le Christ souffrant. Tous les malades ensemble sont assumés par le Christ et en chacun d'eux, c'est Jésus qui est infirme. Et si Jésus est infirme, si Dieu souffre dans les malades, c'est que Dieu a un cœur maternel, c'est que Dieu est miséricordieux et le mot miséricordieux veut dire précisément avoir un cœur misérable quand les êtres qu'on aime sont dans la tribulation.


Et c'est là justement le principe même de la Rédemption : cette humanité abandonnée à elle-même parce que, elle a abandonné Dieu, cette humanité, Dieu la regarde toujours avec des yeux de mère et, puisqu'elle s'est précipitée elle-même dans la catastrophe, Dieu l'aime d'un amour compatissant, il souffre en elle, il souffre avec elle, il souffre pour elle, il souffre avant elle, comme le fait une vraie mère dans ses propres enfants.

Et c'est pourquoi l'hôpital est l'Hôtel-Dieu. Dans tous les malades, la foi retrouve le Christ. Dans tous les malades, la foi honore le Christ qui s'est identifié avec chacun, qui souffre en chacun comme une mère souffre la première dans ses enfants.

Mais si Dieu souffre de cette manière - c'est la question qui monte spontanément de notre cœur à nos lèvres - si Dieu souffre ainsi dans ses enfants, si il est vraiment compatissant dans le sens le plus fort, si il est le premier atteint par la maladie, pourquoi ne l'empêche-t-il pas ? Ce serait si simple, puisqu'il est le Créateur, de faire un monde où la mort ne puisse se produire, où la maladie soit inconnue. C'est du moins ce que nous sommes portés à penser toutes les fois que nous oublions que le seul monde que Dieu puisse créer est un monde axé sur l'amour, un monde qui est le don de sa tendresse, un monde qui est une histoire à deux, un monde où Dieu ne peut rien tout seul.

La liberté, qui est un privilège divin, cette liberté qui fait de nous des hommes, cette liberté qui nous associe à l'œuvre de Dieu, cette liberté peut se refuser à l'appel de sa tendresse, se mettre en travers de son dessein Créateur et faire de l'univers, au lieu d'une création où se joue l'éternelle sagesse, où se révèle l'éternel Amour, une dé création où l'être se défait, où il est livré à tous les désordres, où l'organisme disloqué s'offre lui-même en proie à la mort.

Et c'est de là que va naître un autre aspect de l'Hôtel-Dieu. Le Christ compatissant, le Christ fraternel, le Christ plus maternel que la plus tendre des mères, s'identifie avec chaque malade, c'est certain : " J'étais infirme et vous m'avez visité." Le Christ ne peut pas empêcher la maladie, toutes les maladies, pas plus qu'il ne peut empêcher toutes les morts parce que la Création est une histoire à deux et que au Créateur, l'homme peut s'opposer comme un dé créateur.

Mais justement, parce que l'œuvre de Dieu peut être saccagée, parce que sa tendresse peut être méconnue, parce que son amour peut être rejeté, va naître dans le cœur chrétien une compassion mystérieuse à l'égard de Dieu dont la Vierge la première a été l'illustration infinie au pied de la Croix, mais dans laquelle sont entrés tous, tous les amis de Dieu, tous les véritables disciples de Jésus-Christ, dont le plus merveilleux est saint François. Il est certain que François a compati à la douleur divine à un degré tel que, il a perdu la vue à pleurer sur la douleur divine.

Et c'est justement ce que les chrétiens du Moyen-Age ont compris lorsque, ils ont donné à leurs hôpitaux le nom d'Hôtel-Dieu : non seulement que Dieu s'identifiait avec chaque malade, non seulement que le Christ souffrait en chaque infirme, mais que chaque malade pouvait devenir le compatissant de Dieu, que chaque malade pouvait entrer dans le mystère de la Rédemption qui jaillit de la miséricorde divine, y pouvait entrer comme un Co rédempteur. " J'achève en moi, disait saint Paul, ce qui manque à la Passion de Jésus-Christ " (Col. 1, 24).

Et c'est peut-être sous cet aspect que la foi chrétienne a vu dans l'hôpital, c'est-à-dire finalement dans la maladie, une réalité qui peut devenir infiniment précieuse. Sans doute la maladie est en elle-même un mal, la maladie a des accointances avec ce refus d'amour dont le véritable nom ne peut être prononcé qu'au pied de la Croix. Mais, axée sur l'amour, devenue une libre acceptation, une offrande de tout l'être, la maladie peut être une Co rédemption, c'est-à-dire une participation à la souffrance de Dieu, une diminution de la douleur divine et comme un détachement du Christ de la Croix.

Et cela, nous le comprenons très facilement si nous nous rappelons cet exemple donné par Gandhi. Gandhi, dans l'ashram qu'il avait fondé à Sabarmati, avait une petite école et il apprit un jour que, un élève de cette école, pour se tirer d'affaire dans une circonstance difficile, avait menti. Il ne chercha pas le coupable, car il lui répugnait de punir, mais il se mit à jeûner. Et ces jeûnes de, ces jeûnes de Gandhi, qui étaient célèbres puisqu'ils faisaient reculer jusqu'à la Puissance, dite britannique, ces jeûnes de Gandhi étaient environnés d'une telle grandeur et prenaient une signification si profonde et si tragique que l'élève, qui apprit que Gandhi jeûnait à sa place, jeûnait pour assumer sa faute, en conçut une compassion si profonde qu'il fut infiniment plus puni, infiniment plus intérieurement atteint qu'il ne l'aurait été par n'importe quel châtiment. Il entra donc immédiatement dans cette compassion d'amour que lui ouvrait le cœur de Gandhi, il souffrit avec lui comme Gandhi avait souffert pour lui parce que c'était là la réponse spontanée de la générosité de l'enfant à celle du maître.

Tout naturellement, les chrétiens qui vivaient profondément la vie de la foi comprenaient que la compassion de Dieu va jusqu'à faire de Dieu la première victime de la maladie comme il est la première victime du péché et que le malade pouvait se substituer en quelque sorte à Jésus-Christ, entrer dans le mystère de sa Passion, le délivrer de son Agonie et le détacher de la Croix ; et c'est pourquoi la période de la maladie leur apparaissait comme une période sacrée, comme une sorte, une sorte de retraite dans le mystère de la Passion de Jésus-Christ où le malade pouvait devenir le compatissant de Dieu et, en recueillant les malades dans leurs Hôtels-Dieu, ils voulaient leur ménager cette chance glorieuse et magnifique de s'élever jusque-là, de compatir à la douleur de Jésus-Christ, de diminuer les affres de son Agonie et de faire de lui, au lieu du Dieu Crucifié, le Dieu Ressuscité.

Mais bien sûr que, dans la mesure où le Christ devient le Dieu vivant et Ressuscité, dans la mesure où il cesse d'être en Agonie, c'est toute l'humanité qui monte, qui s'élève dans l'échelle de la vie, qui s'approche de son terme, qui participe de plus près à l'intimité de Dieu, qui réalise mieux sa mission glorieuse de créatrice avec Dieu d'un monde nouveau où la maladie est surmontée et où la mort est vaincue.

Et c'est pourquoi cette théologie de l'Hôtel-Dieu s'achève dans cette affirmation de la solidarité humaine que nous appelons de ce mot magnifique : la Communion des Saints. Tous les hommes sont un seul homme et chaque homme, dans la lumière de la foi, est appelé à reprendre la mission de Jésus-Christ. Chaque homme, comme le Second Adam, doit devenir à son tour l'origine et le commencement d'un monde nouveau. Chaque homme doit récapituler en lui toute l'Histoire humaine et devenir l'axe de l'univers.

Et c'est justement là ce qui fait la dignité du malade dans l'Hôtel-Dieu où il est associé au mystère de Jésus: C'est que, il est le représentant de toute l'humanité, c'est qu'il peut rassembler toutes les nations et tous les peuples dispersés, c'est qu'il peut rétablir l'unité du genre humain, c'est qu'il peut concourir à l'accomplissement du Corps Mystique où toute l'humanité ne constituera plus qu'une seule personne dans la Présence et dans l'Amour de Jésus.
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Mer 2 Déc 2015 - 22:22

Christian a écrit:

Consoler en grec « parakaleo » signifie aussi appeler, convoquer, prier, supplier, encourager, instruire, enseigner.

Matthieu 5:4 Heureux les affligés, car ils seront
consolés
!



Cette béatitude suis la première : « Heureux les simples en esprit, car le royaume des cieux est à eux. »
La consolation pourrait être entendue comme réponse à l’affliction du disciple de Jésus, désireux de rentrer dans le royaume des cieux, dans l’ivresse de Dieu UN, mais du disciple qui sent tout le poids contrariant en lui de ses richesses acquises, héritage de générations et de générations de condition existentielle séparée de Dieu.

Matthieu 19:24 Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.

Marc 10:22 Mais, affligé de cette parole, cet homme s’en alla tout triste ; car il avait de grands biens.


Comment se manifeste à l’affligé, la consolation ?

La consolation apparait sous forme du désir fou de se dépouiller des richesses du vieil Adam ou de l’appel fou de Jésus à « mourir » pour renaitre à la vie éternelle :
Mais à celui qui se complait dans ses richesses, qui compose malgré tout avec cette séparation de Dieu UN, la sentence est sans appel :

Luc 6:24 Mais, malheur à vous, riches, car vous avez votre consolation !



L’appel à la consolation, s’accompagne de ce que l’ermite orthodoxe appelle, l’échauffement préliminaire de l’âme .... Se rendre affamé de « consolation » et cela jusqu’aux larmes du désespoir afin d’ouvrir l’âme ainsi disposée à recevoir la toute puissante Miséricorde Divine.


Luc 1:53 Il a rassasié de biens les affamés, Et il a renvoyé les riches à vide.


Oui tu mets bien en évidence la finesse psychologique de ces passages qui parlent du processus de "retour" . Le problème du riche( celui qui a, celui qui sait)  c'est qu'il se contente de la jouissance de ses biens comme consolation . Il ne cherche plus, il ne tend plus vers . Il dort.  


Association d'idée :comment tu comprends ces passages là ?


Matthieu 13:12
Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a.

Marc 4:25
Car on donnera à celui qui a; mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a.

Luc 8:18
Prenez donc garde à la manière dont vous écoutez; car on donnera à celui qui a, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il croit avoir.




Aïe et voilà je suis hors sujet..... iconredface  images1 Tant pis j'assume unange
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Jeu 3 Déc 2015 - 15:10

Chère Bergère a écrit:
Aïe et voilà je suis hors sujet....
Tant pis j'assume 

Chère Bergère, et je commencerai pas le hors sujet. iconredface

Pourquoi ?

Parce que, pour moi, tout est miracle, tout est Parole de Dieu, et c’est dans les faits et gestes, les événements, les paroles les plus mystérieuses de la vie quotidienne que résonne en moi, une parabole, l’évangile d’aujourd’hui, mystère que je garde dans mon cœur, jusqu’à ce que cet évangile me parle profondément.

Matthieu 13:12

Matthieu 13:12 a écrit:
Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a.

Réponse plus loin :
Matthieu 13 : 19
Matthieu 13 : 19 a écrit:
Lorsqu’un homme écoute la parole du royaume et ne la comprend pas, le malin vient et enlève ce qui a été semé dans son coeur:

« comprendre » peut être lu dans le sens « prendre pour soi », comme un trésor reçu que l’on garde précieusement en son cœur. Sans cette vigilance, la parole s’envole, ou bien mal gardée, elle fera l’usage du malin.




Marc 4:25 a écrit:
Car on donnera à celui qui a; mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a.



Réponse avant :
Marc 4 : 24
Marc 4 : 24 a écrit:
Et il leur disait : Prenez garde à ce que vous entendez. De la même mesure dont vous aurez mesuré, il vous sera mesuré, et il vous sera ajouté davantage.



Suivre Jésus, n’est pas un billet pour le club Med, pour quelques jours de plaisir, pour un plaisir occasionnel du bout des lèvres, et du bout des oreilles, en ce monde, en une eucharistie, une prière, ou une méditation, c’est un don ENTIER de soi, une mise à disposition ENTIERE de son corps, de son âme, de son esprit, de toutes ses forces, mise à disposition entière et éternelle, non de ce monde, mais dans ce monde…. « que ta volonté soit faite sur la terre, comme au ciel ». Mais il n'est pas demandé grand-chose, dans ce monde, juste une seule chose, car Jésus dans son immense sagesse, qui est celle de notre Père, qui est celle de l'Esprit Saint, sait l’immense détresse et faiblesse des hommes, dans ce monde, aussi Il demande juste l’effort de pardonner, 1000 fois pardonner, éternellement pardonner.

Le reste nous est offert en surabondance, tout ce que nous demandons au Père, dans la prière de Jésus qui Lui est adressé nous est offert en surabondance venant d'En Haut.



Qu’il est grand le mystère de notre foi ! minirose

Luc 8:18


Luc 8:18 a écrit:
Prenez donc garde à la manière dont vous écoutez; car on donnera à celui qui a, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il croit avoir.



Luc, c’est après et avant : silent
Luc 8 : 21 
Luc 8 : 21 a écrit:
Mais lui, répondant, leur dit : Ma mère et mes frères, ce sont ceux-là qui écoutent la parole de Dieu et qui la pratiquent.
Luc 8 :17

Luc 8 : 17 a écrit:
Car il n’y a rien de secret qui ne doive être manifesté, ni rien de caché qui ne doive être connu et venir en évidence.


Et c’est aussi là, chère Bergère :

chère Bergère a écrit:
Oui tu mets bien en évidence la finesse psychologique de ces passages qui parlent du processus de "retour" . Le problème du riche ( celui qui a, celui qui sait)  c'est qu'il se contente de la jouissance de ses biens comme consolation . Il ne cherche plus, il ne tend plus vers . Il dort.  


Je te remercie pour le magnifique texte de Maurice Zundel, bisou qui m’a énormément parlé. Pour ce qui est de nos différences d’approche, je vis cela comme  une grâce donnée et reçue. Ta foi est splendide, et me nourrit telle que tu la vis et me l'offre en partage ! Merci !

Il y a autant d’approches différentes de la foi, qu’il y a de croyants et c’est tant mieux, la multiplicité des formes de fleurs  qui tournent chacune leur regard différent au soleil révèle la splendeur de Dieu en cette terre.  

Mon approche est forcément reliée à ma personnalité.

Pour tout dire, j’étais un enfant battu, et bien battu : fouets et coups de ceinture sur la peau nue, claques et coups de poing sur le visage et tout le corps, "leçons" données régulièrement par mon père et ma mère et qui ont définitivement orienté ma personnalité. Comprends tu maintenant ?

Paradoxalement, mon grand père qui était agnostique, était le seul à prendre conscience que l’épreuve était insupportable pour un si petit enfant et partageait, impuissant ma souffrance.

Et lui l’agnostique bien aimé, m’a offert un crucifix, immense crucifix taillé dans un pied de vigne, avec Jésus sanguinolant sur la croix.
Petit enfant, je n’ai jamais rien demandé à Jésus sur la croix, tout au contraire je prenais pitié de Lui ainsi affligé, et le « consolait »
Lui, 1000 fois plus affligé que moi sur son cep de vigne ! Il a du être tendrement touché par ces gestes d’un petit enfant, lui-même battu.

Aussi alors que je devenais à mon tour agnostique comme mon grand père, Lui a continué à me « consoler ».

Longtemps en silence, et cela de manière souvent miraculeuse, gratuitement, sans que je ne Lui demande rien.

C’est plus tard, que j’ai compris, qu’Il était toujours là, veillant sur moi dans la tempête, dans les épreuves de ma vie turbulente comme un père aimant, comme une mère aimante, sur son enfant bien-aimé. Voilà pourquoi je sais, moi, que Dieu est affligé et Dieu peut être consolé, c’est le vécu  vérifié d'un coeur d'enfant !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


chère Bergère a écrit:
Pour moi c'est par pur amour qu'il accepte de s'identifier à la souffrance

C'est par pur amour, que j'accepte de m'identifier à Sa souffrance ! cloche
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Jeu 3 Déc 2015 - 19:14

Juste un mot ou deux parce que je ne peux pas te lire et ne rien te dire tout de suite.

Merci d'abord pour ton aide lumineuse pour la compréhension des passages qui m'intriguaient. Ca me parle beaucoup .

Ensuite je voudrais que tu saches que je suis vraiment très touchée par ce que tu écris de toi. Je crois que je comprends très bien....
Alors toi aussi tu fais partie de la race des mauvaises herbes ? Nous avons parmi toutes les autres choses ça en commun aussi.

Tu avais remarqué quand même j'espère que avant de me sentir obligée de réfuter la vision d'un Dieu qui peut souffrir et être consolé je l'ai d'abord ,non seulement comprise mais vue comme juste, comme vraie . Dans ton sondage j'ai voté pour les quatre propositions même s'il peut sembler contradictoire de penser comme vraie une chose et son contraire.

Tu penses bien que si je connais ce texte de Zundel c'est parce qu'il m'a été donné à moi d'abord....

Mais si je me suis sentie obligée de réfuter c'est pour rester fidèle à cet autre chose qui m'a été donnée aussi. Je n'ai de nouveau pas le temps d'écrire tout ce que je voudrais te dire ( je suis famille d'accueil et j'ai un grand petit cabossé à la maison).

Voici en  attendant un lien vers un texte que j'avais écrit il y a quelques temps déjà mais qui pourra te donner une idée de ce à quoi je suis dans l'obligation de rester fidèle.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Merci Christian, je t'embrasse fleur .

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: une rencontre tellement improbable !   Jeu 3 Déc 2015 - 21:37

Myriam a écrit:
Alors toi aussi tu fais partie de la race des mauvaises herbes ?


Très mauvaise herbe, oui ! 938619

Touché par ton illumination sauvage ! Mille fois merci ! Un autre point commun entre nous, toute la création se conjugue pour nous « consoler », moi depuis ma plus tendre enfance, c'est eux, les petits êtres insignifiants de la création qui ont sauvé mon coeur d'enfant !

Touché aussi par ton vœux .... d'apprêtement .

J’ai un cadeau pour toi, et c’est peut être là, je le sens ...  Le cadeau …. Le cadeau de Noël ! La clé si mystérieuse de notre rencontre tellement improbable et pourtant si magnifique !

Le Cantique des cantiques de Salomon est considéré par nos frères juifs, comme le plus saint des livres saints. Dans ce livre très saint, est un verset particulièrement révélateur de l’esprit de notre divin Sauveur ( voici la traduction d’André Chouraqui) :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Le figuier embaume ses sycones, les vignes en pousse donnent leur parfum.
Lève-toi vers toi-même, ma compagne, ma belle, et va vers toi-même !
Ma palombe aux fentes du rocher, au secret de la marche, fais-moi voir ta vue, fais-moi entendre ta voix !
Oui, ta voix est suave, ta vue harmonieuse.
Saisissez pour nous les renards, les petits renards, saboteurs de vignobles ! Nos vignobles sont en pousse. Mon amant à moi, et moi à lui, le pâtre aux lotus. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Myriam a écrit:
je me suis promis de refuser toute expérience transcendantale si elle ne comble que moi .


Tu sais bien, au fond de ton coeur, chère Myriam, que nous sommes tous reliés en Dieu UN, et tout ce qui TE comble TOI, comble forcément TOUTE la création, car toute la création et TOI, ne font qu'UN. Prend tout ton temps nécessaire pour t’apprêter, ton amant céleste est patient, et il attend ton lâcher prise, le moment venu de te donner entièrement à Lui ! C’est dans les extases mystiques que nos plus grands saints, saint François d’Assise en particulier ont puisé toute les ressources nécessaires afin d'offrir à toute la création l’œuvre d’art qu’ils sont, et en leur sainteté, toute la CREATION est régénérée !

Grandeur de Dieu, que cette rencontre improbable de deux mauvaises herbes de son divin jardin ! minirose

Je suis rassuré maintenant,
Que notre amitié demeure néanmoins !
Je t’embrasse ! bisou
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Ven 4 Déc 2015 - 0:13

Merci pour le cadeau de Noël fleur .

Christian a écrit:


Tu sais bien, au fond de ton coeur, chère Myriam, que nous sommes tous reliés en Dieu UN, et tout ce qui TE comble TOI, comble forcément TOUTE la création, car toute la création et TOI, ne font qu'UN. Prend tout ton temps nécessaire pour t’apprêter, ton amant céleste est patient, et il attend ton lâcher prise, le moment venu de te donner entièrement à Lui ! C’est dans les extases mystiques que nos plus grands saints, saint François d’Assise en particulier ont puisé toute les ressources nécessaires afin d'offrir à toute la création l’œuvre d’art qu’ils sont, et en leur sainteté, toute la CREATION est régénérée !


Oui Christian ça y est je crois que j'ai compris.
Mais ce qu'il y a au coeur de ce vœu reste quand même ma raison d'être et mon unique réelle motivation . Je suis fichue comme ça.
Ce texte date un peu, je dirais sans doute les choses un peu autrement aujourd'hui .

Bon puisqu'on en est comme des enfants à se montrer nos bobos et nos cicatrices je te racontes encore une petite chose mais plus jolie.
Quand j'étais enfant je n'avais jamais entendu de choses spirituelles et je n'ai reçu aucune éducation religieuse. Mais j'aimais bien traîner et jouer autour des églises. Le dimanche je me faufilais parfois près de la porte pour entendre les chants et la belle musique. J'ai mémorisé comme ça plusieurs cantiques dont je me souviens encore aujourd'hui alors que je n'ai presqu'aucune mémoire de mon enfance. Je ne sais même pas comment j'ai aussi mémorisé le Notre Père.

Parfois, surtout à Noël, j'ai entendu prononcer le nom de Jésus aussi. Ca a toujours eu un effet magique sur moi. C'était doux, chaud et ça m'inspirait de la confiance, de l'espoir même si je n'avais pas la moindre idée de qui il pouvait bien s'agir.

J'avais fait un rêve aussi, un songe en fait plutôt ; je m'en souviens encore. Je devais avoir 6 ans, je me suis vue entrer dans une grande église de pierre. J'étais seule et l'église était complètement vide, pas de banc, pas de décoration. En m'avançant j'ai vu un grand bassin rempli d'une eau d'un bleu absolument magnifique, indescriptible . Je savais que je devais y entrer et tout était absolument parfait, limpide et heureux.

Comme pour toi ce qui a été donné dans l'enfance a été déterminant puisqu'après une longue quête  dans les différentes voies spirituelle ce nom a finalement refait surface de façon insistante , jusqu'à faire que je sois ici aujourd'hui...

Mais, et c'est là que je voudrais en venir en parlant ainsi de moi, ce nom a pour moi cette couleur bleue. Je suis comme toi, dès que je vois un crucifix j'ai mal et je veux consoler cet homme figé là. Il ne peut pas être figé là, tu comprends ?

Si j'aime ces représentations c'est uniquement parcequ'elles peuvent toucher et rejoindre tel ou tel petit humain en souffrance. C'est parce qu'un enfant tout faible qu'il est, plein de peurs, blessé, meurtri et sans défense en le regardant peut découvrir dans son propre coeur la puissance qui console, il se découvre la force de s'oublier pour aimer, aider, il découvre qu'il peut donner ce qu'il n'a pas reçu.... C'est d'une telle beauté, d'une telle grandeur....

Mais de tout mon être je n'aime pas les crucifix.

Dans la cathédrale de Strasbourg il y a un Christ en croix absolument magnifique. Le sculpteur devait ressentir les choses comme moi puisqu'il s'est visiblement acquitté de sa tâche avec sérieux mais en omettant  tout signe de souffrance. Au contraire il a fait un Christ d'une grande beauté presqu'animale, athlétique, fort et doux en même temps;le corps respire la santé et son visage paisible semble ici et ailleurs en même temps. La croix du coup cesse d'être un instrument de torture incongru sur lequel l'homme n'a vraiment rien à faire et elle n'apparait plus que comme un étrange symbole plein de mystère, cette sorte de mystère qui éveille l'espérance et qui ouvre sur quelque chose de cosmique.

Christian a écrit:

Que notre amitié demeure néanmoins !
Pourquoi nez en moins ? tournerchaise
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: la croix ?   Ven 4 Déc 2015 - 4:45

La question est cruciale ! Very Happy

Je savais qu'il fallait, un jour ou l'autre, que je visite Strasbourg et sa cathédrale.

Le comble est que, les plus beaux souvenirs de mon enfance sont dans un charmant village alsacien au pied des montagnes : Ribeauvillé. J'y ai vécu, chez mes grands parents chéris jusqu'à l'age de 6 ans, alors que mes parents vivaient à Paris.
De cette vie alsacienne, je ne garde que des images de bonheur avant qu'il ne prenne l'idée soudaine à mes parents de me rePRENDRE avec eux à Paris ... et là c'est le côté obscur de mon enfance.

6 ans ... banlieue parisienne ... je ne connaissais pas un mot de français ... traité de boche par les enfants ... etc, etc .... le monde est devenu un enfer ! 

Ainsi, donc a été formaté mon âme, dans cette ambivalence de la vie : paradis et enfer en ce monde !

Tout cela pour dire, que je retourne en "pélerinage" une ou deux fois par an, en me disant à chaque fois qu'il faudra bien que je visite Strasbourg, mais c'est plus fort que moi, toujours je suis happé par la montagne et le charme extraordinaire de Ribeauvillé et ses alentours !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le visage de Jésus est resplendissant sur la croix, pour moi aussi.

C'est là, le visage que Jésus m'a donné de Sa Croix. C'est le visage, de l'Homme victorieux du mal, ou pour Lui être fidèle, du Fils de l'Homme, comme Il aimait, aime tant à se faire appeler, Fils de l'Homme, Israël victorieux de l'enfer et de tous ses tourments.
C'est parce que j'ai eu la grâce de pouvoir contempler ce visage, longuement, visage rayonnant de paix, de joie, d'infini, de liberté, d'amour, de Miséricorde en communion avec toute l'humanité, que je suis toujours et toujours plus, assoiffé et affamé FOU de Jésus aujourd'hui.

La vie est un drôle de labyrinthe. Après bien des années d'agnostisme sévère, frolant cette forme de fondamentalisme obscure qu'est l'athéisme ... J'ai repris conscience et progressivement confiance en Jésus par le taoisme, puis le jardinage, et la théosophie ... un baptême dans le Christ cosmique ... jusqu'à ce que par hasard, dans une bibliothèque, je tombe sur un livre sur Marthe Robin, dont je n'avais jamais entendu parler.

Contexte : J'avais 40 ans, et donc responsable d'une famille de deux enfants en bas age !

J'ai pris ce livre, comme ça, comme je faisais souvent à l'époque, prendre 5 livre et n'en lire qu'un ou deux ... les nuits ! C'est le premier que j'ai lu ... que j'ai dévoré en une seule nuit ! Un choc ! Il fallait que j'aille rencontrer Marthe Robin, j'ai pris mon téléphone le lendemain ! 
Et je me suis offert une semaine de retraite à Chateauneuf de Galaure, et cela malgré les réticences entièrement justifiées de ma très chère épouse. C'était la première fois, que l'on vivait une telle longue séparation. Une semaine bouleversante, où dans le silence et la communion de cette retraite, sans un instant de sommeil .... je suis mort et né à nouveau !

Le dimanche avant de revenir dans le monde, c'est aussi le retour à la parole. J'ai donné comme j'ai pu, maladroitement en quelques mots, le témoignage du bouleversement de cette mort résurrection. J'ai ensuite senti un moment d'immense solitude, avec un questionnement concernant tous les êtres qui me sont chers, qui a surgi sous cette forme : "Jésus a du être drôlement content que sa bien aimée Marie Madeleine le reconnaisse encore après cette épreuve cruciale.

Une femme s'avance vers moi, en me disant : "bonjour, je m'appelle Marie Madeleine, j'ai été bouleversé par votre témoignage !" drunken
Et voilà, c'est ainsi qu'est devenu ma vie, depuis cette rencontre CRUCIALE .... un éternel miracle ! minirose  

Et le plus grand miracle, fut que malgré que toute ma famille s'est vue du jour au lendemain mis en présence .... quasiment d'un autre mari et père à la maison .... (la tempête suscitée fut terrible, un tsunami),  la famille a surmonté, et même en ai sorti transfigurée elle aussi !

Ce fut extrêmement douloureux pour mon épouse, douleurs subies, alors que les miennes étaient choisies, et je lui serai éternellement reconnaissant que l'amour qu'elle porte pour moi et la famille ait été plus fort que son désir entièrement justifié de me plaquer parce qu'elle ne reconnaissait plus l'homme qu'elle avait épousé !

Et la question cruciale demeure.

Dans cette ambivalence de la vie en ce monde, peut on vivre le mystère de la croix, en occultant sa face douloureuse, "repoussante" ?

Je ne crois pas ! Je ne CROIX pas ! panneauoops N'est ce pas en osant, l'impossible par et pour amour de Jésus que des saints tels que François d'Assise, sont des saints ? N'est ce pas par cette FOLIE qu'est la CROIX qu'ils ont eu la grâce de pouvoir contempler le visage du Fils de l'homme sous les apparences des pires laideurs de l'humanité, obscurité en laquelle Il se voile en ce monde !

La laideur de ce monde n'est qu'un croissant de lune, et les saints amènent progressivement à révéler aux hommes la plénitude de cette splendeur lunaire dans notre nuit étoilée !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Il faudra laisser le temps au temps, pour que cela s'accomplisse pleinement,
chacun d'entre nous est appelé à contribution en ce miracle universel !
Beaucoup d'appelés, peu d'élus !
Miraculeux ton baptême ! "Nez en moins", je t'embrasse, chère Bergère ! bisou
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Ven 4 Déc 2015 - 9:15

Même si la forme que prend ma sensibilité est différente de la tienne je comprend ce que tu dis Christian ....


Et si il y a une minuscule nuance dans ma manière propre de vouloir dire et voir les choses ( la fameuse question cruciale)  c'est juste pour une raison presque pratique :
si je veux pouvoir prier efficacement pour les autres ( et c'est ce que je veux) alors je dois regarder au travers de la douleur, de l'affliction, de la laideur et du malheur. Je dois pouvoir réaliser cette phrase de Jésus :

Marc 11,23
…Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir. C'est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir
.

En attendant une visite à Strasbourg, tu peux toujours visiter la cathédrale de façon virtuelle. Le fameux Christ en croix est dans le bras nord du transept au dessus du mont des oliviers.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Et qui sait tu feras peut-être un petit détour un jour par les montagnes vosgiennes Smile ?

Belle journée. sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Ven 4 Déc 2015 - 17:33

Chère Myriam, tu écris

Citation :
« si je veux pouvoir prier efficacement pour les autres (et c'est ce que je veux) alors je dois regarder au travers de la douleur, de l'affliction, de la laideur et du malheur. »


Cela me fait penser à la gestion des calques du logiciel de gestion d’images Photoshop panneauoops … ne pas ignorer le calque « affliction », ne pas ignorer le calque « consolation » mais ajuster la transparence de l’image afin qu’elle n’occulte pas le calque de fond,  et met juste artistiquement en valeur la réalisation globale. Super dis donc ! Smile


En quelque sorte je m'aperçois que j’utilise la même technique concernant ma vie mystique, ou vie au milieu des anges. Je gère en mettant cette vie angélique en transparence afin de la contempler à partir du Repos de Dieu, mon repos !

J'ai eu l’occasion d’observer des cas de folies mystiques graves. Ces rencontres furent pour moi, un éveil, un appel à la prudence.

Ma rencontre avec d’autres spiritualités fut un autre appel à la prudence.

Il est intéressant de méditer le fait que la cabale juive considère le monde des anges comme une émanation adamique, une émanation de l’homme ! D’autre part de manière similaire, l’initiation bouddhiste passe par une étape où le disciple est amené sous bonne surveillance du maître à produire un génie, de se confronter à lui, et apprendre à le neutraliser. Il arrive que le génie, de docile serviteur, échappe finalement complètement au contrôle du disciple et dans ce cas, le maître intervient pour le neutraliser.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le cas des anges est traité dans le livre de la Genèse dans l’épisode de la naissance des frères jumeaux Jacob et Esaü, se battant pour le droit d’ainesse, bataille fratricide, jusqu’au songe de l’échelle de Jacob.

Et là Jacob se confronte aux anges qui montent et qui descendent en lui, du ciel à la terre, et ce jusqu’à sortir vainqueur de cette confrontation.

L’ange (synthèse des anges) qui résulte de cette harmonisation des courants angéliques, change le destin de Jacob et il se sera nommé Israël. Israël sort victorieux, mais boiteux … la bataille n’est jamais définitivement acquise, c’est un jeu en lequel il faut éternellement se confronter.
Gare à celui qui se contente de consommer son héritage spirituel et s'arrête d'y travailler !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sur le moment, cette harmonisation angélique réussie donne à Israël la capacité de réconciliation fraternelle avec Esaü.

La paix universelle passe par la paix personnelle.

On retrouve Israël en Jésus dans le désert.  
 
Marc 1:13 a écrit:
« Il était avec les bêtes sauvages, et les anges le servaient. »


Les bêtes sauvages peuvent représenter l’animalité en l’homme, ou le vieil Adam, symbolisé par le frère de Jacob : Esaü. Il ne s’agit pas d’oppression ou de nier cette animalité mais de vivre avec !

La prière ?



Marc 11,23 a écrit:
…Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne: Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir. C'est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir.


Je te fais part d’une interprétation de ce verset du christiano-indien Swâmi Muktânanda. Pour lui, la foi est essentiellement moyen d’appauvrissement et de liquéfaction de l’ego (la montagne) afin de t’en libérer ( ôte toi de là) et plonger dans la mer du Soi !

Je considère la vie de prière comme la vie mystique.

La prière est un art à gérer avec prudence, avec intelligence et sagesse.

J’avais eu l’occasion d’expérimenter l’efficacité miraculeuse de la prière, au point où la puissance d’expériences particulièrement spectaculaires m’ont amené à stopper certains types de prières, en particulier les prières qui impliquent trop mes sentiments, mes désirs, ma volonté.

D’autre part, je le sais, le diable guette et connait trop bien mes moindres faiblesses. La prière mal gérée pourrait devenir un moyen de flatter l'ego.

L’avantage de ces expériences fut néanmoins de me pousser à l’étude des Ecritures, à la méditation, et aujourd’hui à une sorte d’érémitisme dans le monde.

Ma prière est centrée sur le Notre Père, l’Ave Maria, et le Magnificat, et inspirée des cantiques.

Elle s’adresse à Dieu essentiellement pour sanctifier toute l’humanité en priorisant les êtres qui me sont chers. L'avantage est que les effets sont invisibles, je n'agis que dans la pure foi, je n’ai aucun mérite, donc aucun objet possible d’orgueil et de vanité personnelle et c'est ce qu'il me faut car je suis trop faible ! bienmal

Chère Bergère, je te remercie pour ce petit voyage en la cathédrale de Strasbourg, c’est magique ! drunken Je retiens cette invitation pour mon prochain « pèlerinage » en Alsace, j’en suis touché au fond de mon coeur et t’en remercie mille fois ! Je m’en réjouie déjà par avance !

Je t'embrasse
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Ven 4 Déc 2015 - 18:04

Christian a écrit:

Cela me fait penser à la gestion des calques du logiciel de gestion d’images Photoshop panneauoops … ne pas ignorer le calque « affliction », ne pas ignorer le calque « consolation » mais ajuster la transparence de l’image afin qu’elle n’occulte pas le calque de fond,  et met juste artistiquement en valeur la réalisation globale. Super dis donc ! Smile


OUi c'est tout à fait ça !! Géniale cette image, très moderne et parlante. Il faudra la retenir .   clapping

Merci de continuer à nous faire découvrir ta spiritualité. Quelle richesse ! La mienne est vraiment aussi dépouillée qu'une cabane dans un arbre comparée à un château . Je suis une chrétienne zen Very Happy . C'est sans doute pour ça que je penche plutôt dans la forme du côté des protestants.
Ca ne m'empêche pas de découvrir avec beaucoup d'interêt , de curiosité et de joie ce qui est différent. Ca me réjouit et m'émerveille.



Dernière édition par myriam le Ven 4 Déc 2015 - 22:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: La vie est un grand mystère !   Ven 4 Déc 2015 - 20:00

Pour finir en beauté cette merveilleuse journée de bavardage, un brin de rigolade (philosophique) :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bonne méditation nocturne, chère Bergère ! minirose
Revenir en haut Aller en bas
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: Sourire ou souffrir, il faut choisir ! Choix Magnifique !   Sam 5 Déc 2015 - 21:45



Christian a écrit:
Je pensais pourtant : comment ne peut on voir le mal, le malheur et toute la souffrance de ce monde ? Ne serait ce pas là une forme d'autisme, dans le sens d'un refus de regarder la réalité telle qu'elle est réellement ?

Une partie du voile de ce secret s'est dévoilé, et je rend grâce à frère Curé à photoshop pour ce miracle ! Idea 

Il ne s'agit pas d'un aveuglement, mais bien d'une capacité de transfiguration de l'âme de Marie rendue capable de se dissoudre spirituellement dans la Création divine UNE toute entière (mon âme exalte le Seigneur)
et sauter de joie, en l'esprit salvateur de Dieu UN,
afin de porter le juste regard vierge sur toute chose en la Création UNE et révéler ainsi le CHRIST SAUVEUR dans le monde !


Il y aurait tellement de choses à commenter de ce que tu écris ! Je reviens sur ce passage là par exemple: ça parle de quelque chose d'absolument fondamental pour moi. Probablement même du seul sens que je peux trouver à ma vie.


Citation :
C’est ainsi que je suis réellement en relation avec Jésus, et Marie, et que je suis enseigné.

Oui c'est pour ça que je t'ai raconté cette histoire avec Paul . M'en souvenir m'a aidé à approcher du vivant de ton expérience .

Citation :
Anecdote. Aujourd’hui au moment où j’écrivais le texte précédent concernant ma spiritualité mariale, un ami me téléphone. Il s’agit en fait, de mon professeur d’hébreu, celui qui m’avait initié à l’art de lire l’hébreu biblique. Il a aujourd’hui 94 ans, et toujours animé d’une fraicheur spirituelle étonnante. Lui aussi est soulevé continuellement par l’Esprit Saint ! Depuis j’ai déménagé, mais nous avons toujours gardé une profonde amitié, et prenons régulièrement un moment pour parler ensemble, afin d’entretenir cette amitié. Cela faisait des années qu’il ne m’avait pas envoyé une de ses études s’inspirant de l’hébreu biblique et de sa bonne connaissance fraternelle des juifs et des musulmans.
Et bien à l’instant même, sans qu’il sache que ma préoccupation actuelle soit la Vierge Marie, il me prévient de l’envoi d’une étude qu’il venait de terminer sur Marie, et la dévotion mariale commune aux juifs, aux chrétiens et aux musulmans.


Voilà comment, je suis enseigné ! Cela me tombe dessus au bon moment ! Au début, c’était troublant, déroutant, maintenant cela fait partie de mon univers quotidien, une manière joyeuse de respirer, de vivre en toute simplicité et humilité en l’Esprit Saint.

Ah le "Saint-Esprit ", ça ce sont des mots que j'ai compris et intégrés tout de suite sans la moindre difficulté! Ca peut occuper une vie de le voir à l'oeuvre partout et tout le temps drunken .

Citation :
L’avantage par exemple, de nommer les mauvais, c’est que c'est une aide précieuse pour prendre distance et ne plus m’identifier avec ces mauvais penchants en moi, sans pourtant ressentir de la peur ou de l'animosité envers eux : paresse Berphégor, orgueil Lucifer, gourmandise Belzebuth, luxure Asmodée, avarice Mammon, colère Bélial, envie Leviathan, (ce sont des noms proposés par notre Tradition) ainsi cela m'aide à m’en libérer.
"Père, ne me soumet pas à la tentation !"

Je les reconnais avec leur petit nom, leur fait un clin d’œil et les laisse passer leur chemin, je ne les retiens pas, ne les attire pas, un point c’est tout!



Oui c'est très futé comme méthode. Elle a souvent été enseignée avec des petites variantes sur les noms mais le principe est le même. Je tâche de pratiquer ça aussi à ma façon .
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Sam 5 Déc 2015 - 22:19

Merci Christian le Fervent heureux41 .

Le Fervent a écrit:
Demeurer en Marie, par la prière, donne au fervent
la grâce de pouvoir dissoudre entièrement son ego en toute la Création UNE,
de sauter de joie en Dieu sauveur,
de ne plus jamais se voir et être vu malheureux,
de vivre pleinement toute la merveille qu'est la CREATION UNE,
d'effacer toute forme et image, idée de Dieu (sanctification)
vers uniquement l'expérience de Sa Présence essentielle en SOI,
et de Son Amour coulant de l'Eternité, dans le temps en tous les fervents !

Concrètement ça signifie quoi pour toi de "demeurer en Marie" ? Tu penses à son nom, tu évoques des qualités ? Comment se fait le passage entre son nom (et tout ce qu'il veut dire pour toi) et la dissolution de l'égo ou en tout cas l'effacement de toute forme, image ou idée de Dieu? C'est progressif j'imagine..;?

Si tu n'as pas envie de répondre je comprendrais, c'est un peu indiscret de ma part, je sais que ce sont des choses très intimes, fines et délicates. Je sais aussi que parfois il y a des périodes où il faut absolument qu'aucun projecteur ne vienne perturber ces zones secrètes et sensibles ....
Si c'est le cas pour toi je me passerais sans problème de la réponse. C'est juste, de ma part, une curiosité pour tenter de comprendre comment ça fonctionne un fervent? fleur
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Dim 6 Déc 2015 - 11:16

Chère Myriam,




Citation :
Comprendre comment ça fonctionne un fervent?


Sur ce point, tu en connais autant que moi, mais différemment !

Et cette différence est source de vie !



Citation :
Concrètement ça signifie quoi pour toi de "demeurer en Marie" ? Tu penses à son nom, tu évoques des qualités ? Comment se fait le passage entre son nom (et tout ce qu'il veut dire pour toi) et la dissolution de l'égo ou en tout cas l'effacement de toute forme, image ou idée de Dieu? C'est progressif j'imagine..;?


Il s’agit d’un PACTE.



Entre Terre et Ciel, en tout être humain, et en tout l’univers c’est un va et vient incessant, et bouillonnant d’êtres célestes qui se bataillent et se conjuguent entre boue et Lumière.



L’introspection que permet la voie du silence, qu’elle soit chrétienne, taoiste, juive, bouddhiste, etc … donne de pouvoir contempler cette échelle angélique dressée entre Terre et Ciel, et ce va et vient, sous forme d’émotions, de sentiments, d’idées, de volontés qui se bousculent dans tous les sens.



L'ignorant peut continuer à ignorer ce tohu bohu en son âme et son esprit, mais le revers de cette ignorance est une forme de mort spirituelle, et l'enfer ... enfermement dont il se contentera avec fatalité !


Connais TOI, toi même est la voie de guérison et de libération !

Mais comment ? Le disciple s’exercera ni à retenir, ni à chasser ce qui est ainsi observé … Heureux les pauvres en esprit !



Le zen soto fut pour moi, la disciple par excellence qui me convient toujours parfaitement.


En plus de la paix que cette disciple procure naturellement, elle tend à orienter l’observateur vers la prise de conscience de l’illusion de l’ego séparé. Cela parce que l’observation démontre que les causes et effets de tous les mouvements de l’ego s’étendent à l’infini.



C’est comme une vague, qui en sa forme particulière et mouvante prend conscience qu’elle est océan.


Mais la question qui émerge de cette expérience, est alors à quoi bon ? Vanité des vanités, tout est vanité !



Car le disciple peut continuer à contempler indéfiniment ce va et vient angélique, s'enfermer dans sa grotte, ou alors se laisser séduire et aspirer malgré lui par la beauté d’un ou d’anges contemplés, ou s’anéantir totalement dans cet océan infini.



C’est la raison pour laquelle, tout disciple authentique aspirera à trouver son maître, qui le guidera vers la mise en lumière et l’harmonisation en plénitude de ce ballet angélique, qui le maintiendra à trouver la voie du milieu entre la vague et l’océan.



Ni la vague, ni l'océan, mais la vague en l'océan, et l'océan en la vague ! Comprends tu ?



Le maître peut être un gourou spirituel rencontré en cette vie présente, mais il peut aussi être un grand maître de toute éternité avec qui l’âme entre en résonance, parfois juste en contemplant son visage, ou prononçant son nom.



Par exemple le maître spirituel par excellence des bouddhistes est le Bouddha lui-même !


J’ai choisi comme maître Jésus Christ J’ai suivi son itinéraire à travers les témoignages de ceux qui l’ont rencontré, la Tradition transmise, les apôtres d’hier et d’aujourd’hui, les saints d’hier et d’aujourd’hui, et surtout par le biais de la prière, de la méditation et de l’art de l’Ecriture Sacré : Bible. J'ai aussi suivi Son itinéraire, Ses pas dans les miens tout au long de ma vie !



En ce pélerinage, je me suis imprégné du parfum enivrant de Jésus Christ. Jésus Christ m’a conduit à Sa Mère, la Très Sainte Vierge Marie.



De la même manière, j'ai fait Alliance avec Marie, j’ai suivi l’itinéraire de Marie, à travers la vie des apôtres femmes, des saintes, des personnages bibliques féminins du peuple d’Abraham, des femmes de l’Evangile.



Ainsi, mon âme est progressivement imprégnée du parfum de Jésus-Christ et de la Très Sainte Vierge Marie.


Il fallait cette longue explication afin d’aborder de manière compréhensible, les modalités de ma prière.


Je n’ai donc pas besoin, d’image pour demeurer en Marie, la simple évocation de son nom Marie, suffit à ouvrir en mon âme le flaçon de son parfum exquis, si délicieux afin qu’il embaume entièrement mon âme, et m’enivre. Le flaçon ouvert, je n'ai pas besoin de rabacher en boucle ce nom !



Il s’agit de présence, comme la présence invisible que ressent l’enfant dans les entrailles de sa mère. Et en ses entrailles, son fiat éternel à l’ange Gabriel résonne comme étant ainsi le mien ! Comprends tu ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Et c’est là dans ce silence contemplatif, et cette présence, que je médite chaque verset du Magnificat jusqu’à ce que chaque parole me nourrisse, et éveille en plénitude la réalité spirituelle qu’elle maintenait en secret. Ce jusqu’aux versets concernant la sanctification du Nom Divin, et le bain d’Amour divin.


Alors la Lumière jailli de ce tohu bohu des anges, selon l’ordonnancement de la suite des versets …. "Il disperse les superbes, renverse les puissants de leur trône, élève les humbles, comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides" … et tout cela en mon âme, évidemment en la contemplation des anges qui montent et qui descendent en mon âme et mon esprit !


Non, ce n’est pas une explosion atomique, qui aurai comme conséquence une forme d’anéantissement de la vague dans l’océan, mais une mise en œuvre artistique progressivement, et pleine de tendresse, ainsi de méditation en méditation, vers la plénitude de mon être.


Dis autrement, progressivement, mon esprit et mon âme sont remis en VIE, et édifiés ainsi en Temple de Dieu.


Mais il s’agit d’une discipline jamais achevée, à toujours remettre en œuvre, car Dieu est éternel devenir ! Gare à celui qui abandonne en chemin son pèlerinage éternel.

D’où la suite des versets qui agissent en mon âme de la même manière : "Il relève Israël son serviteur, Il se souvient de Son Amour, de la promesse faite à nos pères en faveur d’Abraham et de sa race à jamais".


Toute chute, inévitable en ce monde, entraîne une sorte d’exclusion de l’Amour, mais Lui se souvient, Il se souvient de Son Alliance qui est aussi mienne … Mon Alliance en Jésus-Christ, mon Alliance en la Très Sainte Vierge Marie. Et en ce souvenir, qui est aussi le mien, me relève !



En ce pèlerinage intérieur, mon âme est prête, en Jésus-Christ, Fils de Dieu à s’adresser au Père et de la même manière que le pèlerinage en Marie, prête à commencer mon pèlerinage d’élévation en Notre Père.



Au terme de ce pèlerinage, c’est la totale jubilation, en un renouvellement de mon âme et esprit, jusqu’à pouvoir revenir vivre en ce monde, tel le trou de la flute en lequelle souffle et s’exprime avec art et liberté l’Esprit Saint.
Tout cela est difficilement exprimable, et forcément facilement déformable par la lecture. Fais en bon usage, chère Mauvaise Herbe !



L'art et la poésie est le langage de l'AMOUR, le seul apte à faire entendre à ceux qui ont des oreilles pour entendre. Pour les autres .... qu'ils se coupent la tête et se convertissent ! panneauoops



Je t'embrasse, bisou
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   Dim 6 Déc 2015 - 13:02

Christian a écrit:



Tout cela est difficilement exprimable, et forcément facilement déformable par la lecture. Fais en bon usage, chère Mauvaise Herbe !



Oui j'en ai bien conscience d'où les précautions même dans mes questions. J'espère en tout cas faire le meilleure usage possible de ce monde intime dont tu veux bien m'ouvrir les portes. C'est très précieux pour moi . En fait le seul usage que je voudrais en faire c'est de mieux comprendre, mieux te comprendre et mieux comprendre ceux qui parlent la même langue que toi.

Un jour après une longue exploration des voies spirituelles, j'ai senti qu'il allait falloir que j'en choisisse une et que je m'y tienne. Là une idée complètement saugrenue a commencé à s'insinuer en moi. J'allais choisir la seule voie que je n'avais jamais étudiée et j'allais choisir pour maître et guide le seul dont je ne savais presque rien: Jésus. Deux années très difficiles ont commencé. Je vivais dans un monde de culture chrétienne, il y avait au moins deux églises par village et quasiment tout le monde dans mon entourage avait une éducation un peu religieuse. Pourtant malgré mes questions, mes enquêtes , mes recherches entêtées je ne comprenais quasiment rien de ce qu'on me disait et personne ne semblait être capable de faire de la vulgarisation à l'usage d'une herbe sauvage.
Je n'arrivais pas à faire correspondre aux mots utilisés dans cette religion quelque chose que je puisse reconnaître intérieurement, ou en tout cas très peu.

Pire encore le seul livre que j'avais envie de lire , la Bible, m'était totalement inaccessible. Crying or Very sad Je ne comprenais vraiment rien à part de temps à autre un petit soubresaut émotionnel à la lecture de telle ou telle parabole ou quelques intuitions. Bref je commençais à souffrir vraiment, et à me sentir encore plus perdue et abandonnée que je ne l'avais jamais été.

Un jour je me suis dit que tant pis, il allait falloir cesser de m'obstiner, il allait falloir abandonner. C'était l'hiver et le poêle me faisait de l'oeil: ce gros bouquin incompréhensible j'allais le lui donner à manger. Je l'ai posé devant moi, je me suis assise pour une dernière méditation silencieuse avant de passer à l'acte.
Ensuite pour la dernière fois j'ai ouvert le livre au hasard, j'ai posé les yeux sur les premiers mots et là tout à coup le miracle a eu lieu. Je comprenais chaque mot, chacun m'était adressé personnellement et venait répondre à des questions terriblement douloureuses depuis longtemps.
La compréhension semblait descendre sur moi par le haut de la tête jusque dans tout le corps et au delà.
J'ai recommencé le lendemain comme ça, et les jours qui suivent ...
J'étais enseignée.
J'étais enseignée par l'apôtre Paul. J'ai depuis la sensation profonde de le connaître personnellement, d'être réellement en relation avec lui.

(J'ai appris par la suite qu'il était l'apôtre des païens lol! ).

Je te racontes ça pour que tu comprennes mieux d'où partent mes questions: j'ai un réel problème à comprendre et à entrer dans les mots, les images de cette tradition.
Le seul moyen que j'ai c'est de me disposer intérieurement pour tenter de rejoindre ce que le langage exprime dans l'expérience concrète vécue par ceux qui l'emploient.
Mais pour ça il faut que j'ai la chance de rencontrer des personnes qui veulent bien m'y donner accès ( qui veulent bien ou qui peuvent tout simplement le faire). Ca n'est pas facile, c'est vraiment comme si nous parlions des langues complètement différentes.

Mais si nous acceptons de parler en demandant aux mots de tenter de s'approcher au plus près de l'expérience sensible, du vécu intérieur alors ça y est nos mondes peuvent communiquer et se reconnaître.

Merci donc de tout coeur pour cet effort 0009 fleur .
Je comprend , je comprend mieux.

Sur les anges par exemple j'avais déjà lu des choses et j'ai autour de moi des gens pour qui ils existent. Souvent il s'agit pour eux d'y croire et c'est tout... Je ne sais pas bien faire ça... Ton approche me parle beaucoup mieux.

MERCI heureux41

Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: la vie spirituelle, c'est simple comme bonjour !   Dim 6 Déc 2015 - 20:47

Chère Myriam,

Citation :
« Un jour je me suis dit que tant pis, il allait falloir cesser de m'obstiner, il allait falloir abandonner. C'était l'hiver et le poêle me faisait de l'oeil: ce gros bouquin incompréhensible j'allais le lui donner à manger. Je l'ai posé devant moi, je me suis assise pour une dernière méditation silencieuse avant de passer à l'acte. »


Tu as un grand talent d’écrivain. C’est un plaisir savoureux de te lire ! J’avais déjà remarqué cela sur ton site « Mauvaise herbe ». Et j’avais oublié de te faire part de cette appréciation importante.



C’est peut-être un talent que la Vie a cultivé en ton âme, afin que tu sois la plume qui lui donne à pouvoir se raconter. Tu as une expérience, une sensibilité, une générosité et tendresse tellement riche et profonde, il y a matière à inspiration.



Citation :
« Ensuite pour la dernière fois j'ai ouvert le livre au hasard, j'ai posé les yeux sur les premiers mots et là tout à coup le miracle a eu lieu. Je comprenais chaque mot, chacun m'était adressé personnellement et venait répondre à des questions terriblement douloureuses depuis longtemps.
La compréhension semblait descendre sur moi par le haut de la tête jusque dans tout le corps et au delà. »


C’est aussi cela, ce que l’entend par, vivre au milieu des anges. « Heureux les affamés, ils seront rassasiés ». La soif monte en un cortège d’anges, et des anges répondent à l’appel en déversant des pluies d’eau vive salutaires. Ainsi l’Ecriture fait signe.

Elle est en soi, tombeau vide, trace, témoignage écrit. Et sans le souffle de l’Esprit Saint … le tombeau demeure désespérément vide. Voilà  une manière symbolique et poétique de décrire la vie intérieure du lecteur biblique.


L’apprentissage dans l’école de la spiritualité fonctionne ainsi, apprentissage à interroger, à formuler les interrogations, apprendre à écouter, une écoute qui va bien au-delà des signes d’Ecriture, car tout est signe dans la Vie, tout est manifestation pour toi, pour nous de Dieu.


Ainsi « Ecoute Israël, le Seigneur Ton Dieu, est Dieu UN » est la prière par excellence du peuple juif.
 

Citation :
« J'ai recommencé le lendemain comme ça, et les jours qui suivent ...
J'étais enseignée.
J'étais enseignée par l'apôtre Paul. J'ai depuis la sensation profonde de le connaître personnellement, d'être réellement en relation avec lui. »


C’est ainsi que je suis réellement en relation avec Jésus, et Marie, et que je suis enseigné.

Citation :
« pour ça il faut que j'ai la chance de rencontrer des personnes qui veulent bien m'y donner accès ( qui veulent bien ou qui peuvent tout simplement le faire). Ca n'est pas facile, c'est vraiment comme si nous parlions des langues complètement différentes. »


Il me semble, à la lueur de mon expérience, que le principe salvateur est d’avoir en soi, en premier, une véritable faim et soif, et donc d’avoir faim et soif de discerner, affronter et vaincre les peurs qui empêchent la véritable faim et soif de s’exprimer librement et d’être entendue librement . Alors quand l’appel est authentique, il est entendu, et l’Esprit Saint mettra tout en œuvre pour y répondre.



Pour toi, Il a d’ailleurs déjà répondu puisque nous nous sommes rencontrés.


Citation :
« Mais si nous acceptons de parler en demandant aux mots de tenter de s'approcher au plus près de l'expérience sensible, du vécu intérieur alors ça y est nos mondes peuvent communiquer et se reconnaître. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tu as remarqué aussi, les difficultés de communication que nous rencontrons parmi les chrétiens.

Invalidité en terme d’écoute, et par voie de conséquence invalidité en terme de parole.

Le péché contre l’Esprit Saint, c’est être dans l’illusion de vivre dans l’Esprit Saint, alors qu’en réalité la constipation spirituelle apparente démontre le contraire. De ce fait, tu peux comprendre que c'est un péché mortel !

Il ne se donne pas en l'Esprit Saint, mais s'abandonne dans un esprit de PEUR !



L’Esprit Saint, est création, humour, liberté … je n’ai jamais autant ri, chanté, dansé, joui librement et fraternellement de la vie et été créatif que dans le souffle de l’Esprit Saint !  


Citation :
« Merci donc de tout coeur pour cet effort
Je comprend , je comprend mieux. »


Je ne vis pas cela, comme un effort … mais comme une grâce, un exercice artistique passionnant de mise à disposition de mon âme en l’Esprit Saint, dans la communion fraternelle entre nous deux. En cette mise à disposition, je suis mille fois récompensé, d’une part par la profondeur de notre amitié fraternelle, et d’autre part par l’enseignement que je reçois doublement par l’intermédiaire de ma plume et de la tienne.


Anecdote. Aujourd’hui au moment où j’écrivais le texte précédent concernant ma spiritualité mariale, un ami me téléphone. Il s’agit en fait, de mon professeur d’hébreu, celui qui m’avait initié à l’art de lire l’hébreu biblique. Il a aujourd’hui 94 ans, et toujours animé d’une fraicheur spirituelle étonnante. Lui aussi est soulevé continuellement par l’Esprit Saint ! Depuis j’ai déménagé, mais nous avons toujours gardé une profonde amitié, et prenons régulièrement un moment pour parler ensemble, afin d’entretenir cette amitié. Cela faisait des années qu’il ne m’avait pas envoyé une de ses études s’inspirant de l’hébreu biblique et de sa bonne connaissance fraternelle des juifs et des musulmans.
Et bien à l’instant même, sans qu’il sache que ma préoccupation actuelle soit la Vierge Marie, il me prévient de l’envoi d’une étude qu’il venait de terminer sur Marie, et la dévotion mariale commune aux juifs, aux chrétiens et aux musulmans.


Voilà comment, je suis enseigné ! Cela me tombe dessus au bon moment ! Au début, c’était troublant, déroutant, maintenant cela fait partie de mon univers quotidien, une manière joyeuse de respirer, de vivre en toute simplicité et humilité en l’Esprit Saint.


Citation :
« Sur les anges par exemple j'avais déjà lu des choses et j'ai autour de moi des gens pour qui ils existent. Souvent il s'agit pour eux d'y croire et c'est tout... Je ne sais pas bien faire ça... Ton approche me parle beaucoup mieux. »


J’ai ainsi repéré et trouvé le nom qui convient  à quelques anges, en moi, des bons et des mauvais.



L’avantage par exemple, de nommer les mauvais, c’est que c'est une aide précieuse pour prendre distance et ne plus m’identifier avec ces mauvais penchants en moi, sans pourtant ressentir de la peur ou de l'animosité envers eux : paresse Berphégor, orgueil Lucifer, gourmandise Belzebuth, luxure Asmodée, avarice Mammon, colère Bélial, envie Leviathan, (ce sont des noms proposés par notre Tradition) ainsi cela m'aide à m’en libérer.
"Père, ne me soumet pas à la tentation !"

Je les reconnais avec leur petit nom, leur fait un clin d’œil et les laisse passer leur chemin, je ne les retiens pas, ne les attire pas, un point c’est tout!



Tu vois, la spiritualité, ce n’est pas compliqué du tout, c’est même passionnant. Quel bonheur, et quel paix cela procure !
Revenir en haut Aller en bas
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: Ce jour nouveau !   Mar 8 Déc 2015 - 6:58

John Main a écrit:
8 décembre
La
notion chrétienne fondamentale dont Marie est l’illustration dans l’Évangile de Luc est la pauvreté en esprit. C’est la pureté du cœur, parce qu’il n’est pas terni par une volonté égoïste avide d’expériences, désireuse de sainteté, qui chosifie l’Esprit ou crée Dieu à sa propre image. Marie nous révèle la simplicité fondamentale de la réponse chrétienne dans une pauvreté d’esprit qui consiste à se tourner totalement vers Dieu et à se détourner totalement de soi-même.
Marie est l’une des plus hautes expressions, toutes cultures confondues, de la femme pleinement accomplie, dans sa maternité, sa féminité ainsi que dans sa maturité spirituelle. Parce que Jésus et Marie sont pleinement accomplis, ils ne se démarquent pas vraiment l’un de l’autre. En Marie comme en Jésus nous voyons l’expression de la correspondance fondamentale entre le corps et l’esprit, qui trouve elle-même son expression dans le récit néotestamentaire de l’Ascension, et plus tard dans celui de l’Assomption. Ces récits sont importants parce qu’ils nous rappellent l’intégration de toute la personne qu’opère le mystère chrétien et la continuité de cette intégration dans la vie accomplie de la Résurrection.
Community of Love
La vie spirituelle en Marie, c'est pour moi l'inversion de la vie spirituelle en Eve ...
en Marie c'est l'oubli du moi, de la personne, de l'individu en Dieu UN ...
en Eve c'est l'affirmation du moi, de la personne de l'individu en l'oubli de Dieu UN.

En Marie, la notion d'Etre une personne est mystère.

En Eve la notion d'Etre UN est mystère.

Malheureuse et courageuse Eve, et Bienheureuse et courageuse Marie.
Les deux sont Mère de tous les êtres humains.
Eve qui donne d'être vivant, autre et séparé,
Marie qui donne d'être CELA en Dieu UN.

Eve et Marie,
c'est expire et l'inspire de la vie spirituelle.
L'expire sans inspire, ou l'inspire sans expire et c'est l'asphyxie.
Aussi je garde précieusement le doux parfum de ces deux mères afin qu'il m'enivre à la vie éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienheureux les affligés ? Dieu est il affligé ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienheureux, le peuple de Dieu !
» Prières pour les âmes du purgatoire en ce mois de Décembre
» Vendredi 18 Février 2011 : Textes de la messe de ce jour
» Heureux les affligés car ils seront consolés
» Planète affligé ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Méditation chrétienne  :: Vie spirituelle :: Doutes et questions-
Sauter vers: