Méditation chrétienne

Forum d'échange et de partage autour de la pratique de la méditation chrétienne selon l'enseignement de John Main, osb.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 RESONANCE : OUI...MAIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pimprenelle



Messages : 21
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: RESONANCE : OUI...MAIS   Jeu 17 Sep 2015 - 11:40

IL y a en moi une résonance aux paroles de John MAIN dans le livre MEDITER CHAQUE JOUR ET TROUVER LA PAIX INTERIEURE; c'est ce qui m'a conduite à m'inscrire sur ce forum. Le "centre", "la puissance divine", "être un avec son centre signifie que vous êtes un avec tous les centres" etc..., tout cela résonne en moi.
Mais il y a un point important que je voudrais aborder avec vous, amis de ce forum: je ne sais pas si je peux encore me dire chrétienne. En effet, le Père est mon Trésor, mon "centre", le sens de ma vie  mais...rideau sur Jésus Christ !

(Je précise au passage que le Père n'est pas un substitut de mon père comme pourrait l'insinuer un certain Freud; la "révélation" du Père est pour moi une expérience très profonde et indubitable vécue dans ma jeunesse.)
Après avoir étudié l'histoire de l'Eglise (cours de théologie), j'ai constaté que la divinité de Jésus a été longuement discutée pendant plusieurs conciles et que l'Eucharistie Corps du Christ (la transsubstantiation) n'a été établie que vers le IVe siècle. Quant au "Christ ressuscité", qu'est-ce que cela veut dire? J'assimile à présent les apparitions aux apôtres et autres à des apparitions de Jésus du type de celles relatées par le Dr Elisabeth Kübler-Ross (par exemple, celle de Mme Schwarz dans le livre LA MORT EST UN NOUVEAU SOLEIL p73 à p85 Ed.Pocket). Alors, quid de la foi proclamée par St Paul, foi qui ne repose que sur la résurrection de Jésus?
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: RESONANCE : OUI...MAIS   Jeu 17 Sep 2015 - 11:52

Merci beaucoup chère Pimprenelle pour ta confiance et ton partage.
Tu t'en doutes, je n'ai évidemment aucune réponse toute faite à te donner.
Ce sont des questions si intimes, si profondes et importantes.
Chacun chemine seul avec elles.
Mais je vais les garder en moi avec toi.
Qui sait si une intuition ou une aide sous une forme quelconque ne va pas venir.


Et puis il y a les autres personnes sur le forum. heureux41
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: RESONANCE : OUI...MAIS   Jeu 17 Sep 2015 - 22:53

Bonsoir Pimprenelle, voici ce que j'ai réussi à glaner pour aujourd'hui: quelques modestes pistes pour alimenter ta réflexion et ta méditation sur les sujets qui te tiennent à coeur.

Il y a ces deux sites ( protestants) qui permettent des questions - réponses à propos de la religion et de la foi:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Ensuite il y a ce texte sur lequel je suis tombée par hasard. je l'ai lu rapidement et il me semble qu'il peut être intéressant pour avancer dans l'évolution de nos concepts:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: RESONANCE : OUI...MAIS   Jeu 17 Sep 2015 - 23:12

Et il y a aussi cette éblouissante conférence de Maurice Zundel "Qui est Jésus Christ".
C'est très long et dense. Mais voici un extrait:

Maurice Zundel a écrit:

               La divinité de Jésus-Christ, qu'est-ce que cela veut dire ? Cela semble être l'absurdité radicale. Comment Dieu peut-il être terrestre ? Comment peut-il fonder une carrière qui se déroule dans l'histoire humaine ? Comment peut-il fonder l'adoration ? Et le christianisme est fondé sur cette absurdité radicale de l'adoration par l'humanité soi-disant civilisée, de l’adoration d'un homme.(...)
 
               C'est que justement la divinité de Jésus-Christ, elle n'a de sens que si, d'abord Dieu, se situe au-dedans, au-dedans. Il est étonnant que justement, on n'ait pas exposé, présenté le mystère de Jésus en tenant compte essentiellement de ce secret qui jaillit du cœur de Jésus, ce secret essentiel, à savoir que Dieu n'est pas là-haut, là-bas, après ; mais ici et maintenant, au-dedans, au-dedans de nous-même. « Dieu est toujours déjà là », comme Augustin nous l'apprend magnifiquement dans le récit de sa conversion. « Tu étais avec moi. Tu étais avec moi, c'est moi qui n'étais pas avec toi. »
 
               L'incarnation n'est donc aucunement une descente du ciel, puisque le ciel est en nous. L'incarnation, comme dit le symbole de saint Athanase, est une assomption de l'humanité à Dieu, une assomption de l'humanité à Dieu, une ouverture de l'humanité à Dieu, une venue de l'homme à Dieu.
 
               Ceci est une faute : Dieu n'avait pas à venir, puisqu'il était éternellement déjà là ! C'est l'homme qui avait à venir et, quand nous voyons, en nous, combien faible est notre adhésion à Dieu, combien fluctuante, combien hésitante, se reprenant sans cesse dans une suite d'infidélités, quand nous voyons combien Dieu est en nous une idole engagée encore dans toutes sortes de mythes cosmiques mal définis et mal digérés, nous comprenons, en effet, que c'est l'homme qui avait à venir à Dieu.
 
               Jésus est donc l'humanité qui est venue à Dieu, l'humanité assumée en Dieu. Et comment ? Sur le comment, nous sommes instruits par notre expérience, dans ce sens que notre expérience introduit déjà une perspective qui nous rend intelligible, en quelque manière ; ce fait que, nous aussi, nous avons notre polarité en Dieu. Nous aussi nous sommes aimantés vers cet Autre plus intime à nous-même que le plus intime de nous-même, qui nous attend au plus intime de nous.
 
               Nous aussi, nous sommes vraiment des personnes. Nous ne sommes source et origine que dans la mesure où, effacés dans la Présence divine, guéris de notre moi complice et passionnel, nous sommes tout entiers depuis la racine de nous-même, nous sommes tout entiers un élan vers l'Unique. Il est vraiment notre moi au sens où nous sommes suspendus à sa Présencequand nous sommes réellement existants.
 
               Mais, en nous, cette adhésion est fluctuante, elle est obscure, elle est sans cesse contestée et obscurcie. Mais n'empêche que il y a cette aimantation dont nous percevons, soudain, l'immense pouvoir créateur quand il nous arrive, comme à Augustin, de passer du dehors au-dedans et de retrouver en nous cette « beauté si antique et si nouvelle » qui n'avait jamais cessé de nous attendre.
 
               Jésus-Christ représente l'élan terminal projeté par cette aimantation. En lui précisément le moi, le moi complice est radicalement évincé par l'assomption libre. Je veux dire que, en lui vraiment, la jonction parfaite s'accomplit. En lui vraiment, le moi divin devient le seul moi : cela veut dire, dans les termes les plus simples, que l'humanité de Jésus-Christ n'a plus d'autre lien avec elle-même, plus d'autre lien avec elle-même que la pauvreté divine.
 
               Et ceci va s'éclairer dans une perspective paulinienne admirable qui m'est particulièrement sensible, c'est la vision paulinienne du second Adam. Rien ne nous est plus actuellement perceptible que la désunion des hommes. Devant la perspective d'une guerre atomique, devant les conflits d'aujourd'hui entre les Etats-Unis et l'Extrême-Orient, devant la situation [?] tragique israélo-arabe, devant l'agitation du Nigeria, devant la situation de l'Amérique du Sud, devant ces menées révolutionnaires où la justice semble ne pouvoir s'accomplir que dans la violence, nous sentons de la façon la plus profonde que l'humanité n'est pas unifiée, qu'elle n'a pas de sens, qu'elle n'a pas de valeur commune et que elle est prédestinée, par sa situation actuelle, à s'entre-détruire.
 
[Repère enregistrement audio : 1h 00’ 06’’]
 
               Justement aucun homme n'est capable de rassembler tous les hommes. Aucun homme n'est à ce point dépouillé que, il puisse passer pour la valeur, pour le bien commun, pour intérieur à chacun. Il nous manque justement une humanité qui puisse rassembler toutes les humanités, mais du dedans, en amenant chacune à l'universel, par un pur élan d'amour.
 
               Justement la conception paulinienne du second Adam, c’est la vision de, une humanité qui est complètement universelle, qui peut être intérieure à chacun, parce que elle n'a pas de limites, parce qu’elle n’a pas de frontières, parce que son moi est radicalement l'Autre. Et ce Christ signifie dans l'expérience chrétienne, justement, une humanité universelle.
 
               Si le Christ n'est pas l’homme, je veux dire n’est pas un homme mais l’HOMME, mais l'HOMME, si le terme homme est pour lui un nom propre, s'il est l'HOMME dans un sens unique, l'HOMME par excellence, s'il contient toute l'histoire, s'il peut la revivre, la récapituler, la rendre présente, l'accomplir, s'il peut assumer toute l'espèce, s'il peut être intérieur à chacun de nous, c'est donc que le vide en lui a été radical, radical, radical infini, et précisément ce que veut dire l'assomption à Dieu : au lieu d'être joint à lui-même par une complaisance de complicité, il n'a de lien avec soi que la subsistance du Verbe, qui est précisément l'éternelle pauvreté constitutive de la personnalité divine.
 
               En Dieu la subsistance, en Dieu la personnalité, en Dieu l'adhésion à soi, en Dieu la connaissance de soi est pure désappropriation ; et ce qui se communique à l'humanité de Jésus-Christ, c'est cette radicale, éternelle, infinie désappropriation. Il est emporté dans l'océan de cette divine pauvreté. Il n'a donc plus la possibilité de rien s'approprier.
 
               Dans son humanité, il est tout don et son humanité, diaphane à la Présence divine, la révèle d'une manière unique précisément à travers sa pauvreté à elle ; à travers la pauvreté de cette humanité radicalement déprise d'elle-même, resplendit la désappropriation infinie qui est le Dieu vivant.
 
               Dieu n'est pas plus en Jésus-Christ qu'en nous. Il est en nous autant qu'en Jésus-Christ, c'est nous qui ne sommes pas en Dieu. En Jésus-Christ justement, la divinité qui n'est que l'éternelle pauvreté d'un amour infiniment donné, en Jésus-Christ cette divinité, ainsi désappropriée, peut resplendir, s'actualiser dans notre histoire, comme elle veut le faire dans notre histoire. Chacun de nous est appelé à être une incarnation, chacun de nous est appelé à laisser resplendir la divinité, chacun de nous est appelé à devenir transparence et toute la grandeur humaine est là. Mais en nous, encore une fois, le témoignage est intermittent, sporadique, sans cesse fluctuant et renié.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Pimprenelle



Messages : 21
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: Re:RESONANCE:OUI...MAIS   Ven 18 Sep 2015 - 8:49

Merci beaucoup, Myriam, d'avoir pris beaucoup de temps cette nuit pour essayer de m'éclairer. Je vais continuer à chercher avec les pistes que tu me présentes, et en espérant la lumière de l'Esprit Saint.
Merci encore.
Revenir en haut Aller en bas
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: Vive la Récré !   Mer 7 Oct 2015 - 13:32

Chère Pimprenelle,
Ton questionnement concernant le manque d’entrain de la vie de ce forum m’a turlupiné. 3253-0003 Il me vient les paroles de Jésus concernant les petits enfants :
«  Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. » Matthieu 19 14
Les apôtres sont des gens sérieux, qui se disputent pour être le premier. panneauoops Il y a un temps pour tout, un temps pour être sérieux, et un temps pour la joie, la légèreté, la gratitude, la contemplation de la vie divine agissant en chacun d’entre nous. Un temps d’études fastidieuses, et un temps pour la récré.

idéepuisnon Récréation …. RE création.
Est-ce vraiment sérieux, d’être sérieux au point d’en perdre le goût du bavardage fraternel, léger, gratuit. L’important n’est il pas la Récré ? Le trop est l’ennemi du Bien, le trop d’ardeur religieuse de l’ego peut conduire à l’assèchement de l’âme.

Pour répondre à ta question présente, il me vient ce texte de Maître Eckhart : « Il est dans la nature de l’Amour qu’il flue et jaillisse de Deux qui ne font qu’Un. Un en tant que Un ne produit pas l’amour. Deux en tant que Deux ne produit pas l’amour, mais Deux en tant qu’Un produit nécessairement l’Amour  conforme à sa nature pressant, ardent. »

Jésus dit : « Moi et le Père sommes UN »

Père : ABBA en hébreu ... Suggestif en chiffre : UN DEUX DEUX UN, plus précisément UN DEUX DEUX MILLE car la lettre Aleph (A) placée en fin de mot à la valeur de Mille.
Père : Un en Deux, vers Deux en Mille ! images zen Un peu compliqué, non ? Sleep Laissons simplement parler les apôtres :
Jean 17:21
heureux7 "afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé".

Il me semble qu’il y a un danger d’hypertrophie du Deux (altérité) dans la spiritualité chrétienne, dans une sorte de surévaluation illusoire jusqu’à la séparation entre le Créateur divin et la Créature humaine bangin . De même qu’il y a danger d’une hypertrophie du UN ( unicité) dans la spiritualité bouddhiste, une sorte de surévaluation illusoire du UN jusqu’à la négation de l’altérité humaine bangin . Le résultat est que l'Amour peine à s'écouler librement dans la communauté humaine qu'elle soit indouiste, bouddhiste, juive, chrétienne, musulmane, etc ...

Mais celui qui croit que Dieu est AMOUR, ne peut que laisser couler en lui le flux et le reflux du Un et du Deux ! cloche

Je crois que le chercheur de vérité surfe sur la ligne de crête écumante d’une immense vague de contradictions et de paradoxes que la raison humaine est incapable par nature de contenir.

Évidemment le surfeur ne peut pas se maintenir éternellement sur cette ligne de crête, et finit toujours un jour ou l'autre par boire la tasse, côté UN ou côté Deux
Et alors ? 938619 N'est ce pas une immense grâce que d'être rattrapé hors de l'eau par la main salvatrice de Jésus Christ et de se remettre à surfer encore et encore ?

Pour finir, peut être que, comme c'est écrit dans l'évangile, ton grand amour de Notre Père très Saint te conduira à l'amour de Jésus-Christ, comme mon amour de Jésus-Christ, pleinement humain et pleinement divin m’a conduit à l’amour de notre Père très Saint.

En tout cas, je te le souhaite de tout mon cœur. Je t’embrasse. minirose
Revenir en haut Aller en bas
Pimprenelle



Messages : 21
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: Re: Vive la Récré !   Mer 7 Oct 2015 - 14:23

Cher Christian,
Merci vivement pour ce message que je découvre à l'instant et qu'il me faudra "mâcher" comme disaient les Pères de l'Eglise. Je tiens déjà à te dire ma stupéfaction devant les versets de St Jean que tu rapportes : tu as mis le doigt sur mes versets préférés car ils correspondent totalement à ma "révélation" du Père. Je suis encore sous le choc tant tu as touché quelque chose en moi de difficilement exprimable.
La suite: demain.
Merci vivement. Je me permets de t'embrasser. minirose sunny
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: RESONANCE : OUI...MAIS   Mer 7 Oct 2015 - 16:12

Christian a écrit:
Chère Pimprenelle,
T

Pour répondre à ta question présente, il me vient ce texte de Maître Eckhart : « Il est dans la nature de l’Amour qu’il flue et jaillisse de Deux qui ne font qu’Un. Un en tant que Un ne produit pas l’amour. Deux en tant que Deux ne produit pas l’amour, mais Deux en tant qu’Un produit nécessairement l’Amour  conforme à sa nature pressant, ardent. »

Jésus dit : « Moi et le Père sommes UN »

Père : ABBA en hébreu ... Suggestif en chiffre : UN DEUX DEUX UN, plus précisément UN DEUX DEUX MILLE car la lettre Aleph (A) placée en fin de mot à la valeur de Mille.
Père : Un en Deux, vers Deux en Mille ! images zen Un peu compliqué, non ? Sleep Laissons simplement parler les apôtres :
Jean 17:21
heureux7 "afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu'eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m'as envoyé".

Il me semble qu’il y a un danger d’hypertrophie du Deux (altérité) dans la spiritualité chrétienne, dans une sorte de surévaluation illusoire jusqu’à la séparation entre le Créateur divin et la Créature humaine bangin . De même qu’il y a danger d’une hypertrophie du UN ( unicité) dans la spiritualité bouddhiste, une sorte de surévaluation illusoire du UN jusqu’à la négation de l’altérité humaine bangin . Le résultat est que l'Amour peine à s'écouler librement dans la communauté humaine qu'elle soit indouiste, bouddhiste, juive, chrétienne, musulmane, etc ...

Mais celui qui croit que Dieu est AMOUR, ne peut que laisser couler en lui le flux et le reflux du Un et du Deux ! cloche

Je crois que le chercheur de vérité surfe sur la ligne de crête écumante d’une immense vague de contradictions et de paradoxes que la raison humaine est incapable par nature de contenir.

Évidemment le surfeur ne peut pas se maintenir éternellement sur cette ligne de crête, et finit toujours un jour ou l'autre par boire la tasse, côté UN ou côté Deux
Et alors ? 938619 N'est ce pas une immense grâce que d'être rattrapé hors de l'eau par la main salvatrice de Jésus Christ et de se remettre à surfer encore et encore ?

Pour finir, peut être que, comme c'est écrit dans l'évangile, ton grand amour de Notre Père très Saint te conduira à l'amour de Jésus-Christ, comme mon amour de Jésus-Christ, pleinement humain et pleinement divin m’a conduit à l’amour de notre Père très Saint.

En tout cas, je te le souhaite de tout mon cœur. Je t’embrasse. minirose
Hé ben moi je suis sous le choc aussi.
 En voyant arriver ici Christian le fou de Jésus-Christ, j'ai tout de suite eu une petite pensée entêtante et timidement pleine d'espoir: ca doit être pour Pimprenelle !!!
 Mais c'est évidemment une réponse et des paroles qui vont droit à mon coeur aussi. Je ressens la justesse de chacun de tes mots.

Au plaisir de vous lire Pimprenelle et Christian  c'est une Grâce une telle qualité d'échange. heureux41
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: le marchand de sable   Mer 7 Oct 2015 - 19:05

Chère Pimprenelle

"J'arrête de t'assaillir de questions. J'en garde d'autres pour une autre fois." Merci bien ! Me voilà rassuré !   bisou Je vais donc prendre tout mon temps pour te répondre, de crainte qu'un tsunami de nouvelles questions me détourne définitivement de mes nombreuses taches quotidiennes.  Smile Toutes ces questions profondes méritent quelques temps de méditation. Je crois bien que l'Esprit Saint t'a mis sur ma route, pour me secouer, va savoir pourquoi ? bangin


Paradoxalement, ton Pseudo Pimprenelle, me rappelle, dans mon enfance le soir en pyjama, Pimprenelle et Nicolas, Nounours et le marchand de sable.


Pour répondre à une de tes autres interrogations, celle du manque d'entrain de ce forum, je crois qu'une des raisons, est la difficulté à formaliser la vie spirituelle personnelle.


Une chose est sûre, c'est que tu es amoureuse ardente de Jésus Christ, et que réciproquement Il t'a déjà élu dans Son coeur ! Donc, je suis rassuré, tu es entre de bonnes mains.

Une autre chose est sûre, c'est que Jésus Christ demeure pour moi, toujours un mystère infini, et que ce mystère est en soi pour moi source de vie éternelle. Paradoxalement, plus je m'abreuve dans ce mystère, plus il se creuse à l'infini.
Revenir en haut Aller en bas
Pimprenelle



Messages : 21
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: UN   Jeu 8 Oct 2015 - 14:26

Cher Christian ,
D'abord, un peu de récré ! En effet, la Pimprenelle que je suis n'est pas là pour t'endormir avec le marchand de sable ! Smile  Ceci dit en passant (...par la Lorraine !) (c'est une chanson, pour ceux qui ne la connaîtraient pas !), j'ai choisi ce pseudo car c'est aussi un nom de fleur (ces créations de la nature qui toujours m'émerveillent) et aussi c'est doux et chantant.
Maintenant, un peu plus sérieux !

Je crois de tout mon être à "Que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi" (Jn 17,21) parce que je l'ai vécu : expérience bouleversante. Du vouvoiement dans le Notre Père, je suis passée au tutoiement. Pendant quelques mois, j'ai vécu le paradis sur terre, une plénitude de vie, puis cela a disparu, alors j'ai eu l'impression de redevenir "comme n'importe qui", avec la vie "normale" et des doutes ont commencé à surgir alternativement.

Mon problème est dans la certitude de la vérité.
Si j'étais sûre que ce qui est écrit dans la Bible émane de Dieu et qu'en particulier les paroles attribuées à Jésus dans le N.T. sont vraies, alors je crois sans hésiter, même si je n'y comprends rien.
Dans la Bible, où est la part divine ? où est la part humaine avec l'influence de l'environnement, la perspective de la fin du monde, le caractère et l'ambition des narrateurs, les déformations liées aux répétitions orales, les ajouts des copistes, les imperfections des traductions ?
Et l'Eglise catholique, avec ses mystères, ses dogmes, ses sacrements, ses lois, son langage !
Et les religions, qui chacune se réclament d'un dieu qui n'a pas l'air d'être le même pour tous !

Je reviens sur le "un":


J'ai vécu "le Père en moi et moi en Lui" (je ne développe pas cela ici, c'est déjà difficile à exprimer, Jn 17,21 m'y aide)   et  j'ai vécu comme un dévoilement de la communion ("tous en un" si on peut dire) (je ne peux développer ici). Cela m'a donné comme un sixième sens _ si je peux modestement dire_ qui, je crois, n'a pas fini de m'apporter des joies à condition que je m'en remette sans peurs et sans réserves à l'Esprit Saint.

Le "un", c'est aussi s'approcher de notre centre au sens de John MAIN.
Le "un", c'est aussi faire la paix entre nos contraires, quand il y en a, afin de ne pas être divisés psychologiquement.

"Jésus lui dit:"Je suis le chemin et la vérité et la vie."(Jn 14,6) Père, entends mon appel: montre- moi la vérité, c'est-à-dire ce qui vient de Toi !
Revenir en haut Aller en bas
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: Re: RESONANCE : OUI...MAIS   Jeu 8 Oct 2015 - 20:42

Chère Pimprenelle, tu écris,


 « Dans la Bible, où est la part divine ? où est la part humaine avec l'influence de l'environnement, la perspective de la fin du monde, le caractère et l'ambition des narrateurs, les déformations liées aux répétitions orales, les ajouts des copistes, les imperfections des traductions ?
Et l'Eglise catholique, avec ses mystères, ses dogmes, ses sacrements, ses lois, son langage !
Et les religions, qui chacune se réclament d'un dieu qui n'a pas l'air d'être le même pour tous ! »


Toutes ces questions et bien d’autres encore, je me les suis posés. Et je serai surpris qu’un chercheur de Dieu sincère, ne passe pas par ces (douloureuses ) épreuves de doutes.


Ce désarroi spirituel est d’ailleurs d’objet des premiers versets de la Bible :



« Et la terre était désolation et vide, et il y avait des ténèbres sur la face de l'abime. Et l'Esprit de Dieu planait sur la face des eaux. Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. » Gen 1 : 2 et 3


Pourquoi ne pas se réjouir de ce tohu bohu spirituel, alors qu’il est le lieu par excellence de recréation, de mort-résurrection spirituel ?



Tu écris :
« Mon problème est dans la certitude de la vérité.
Si j'étais sûre que ce qui est écrit dans la Bible émane de Dieu et qu'en particulier les paroles attribuées à Jésus dans le N.T. sont vraies, alors je crois sans hésiter, même si je n'y comprends rien. »
 
Quelle est la part divine dans la Bible ?


Cette question renvoie à une autre question ? Qu’y a-t-il en dehors de Dieu ?
Rien. Ce n’est pas moi qui l’affirme, je ne fais que reprendre une parole de la Bible :


"Parole du Seigneur au roi Cyrus, qu'il a consacré, qu'il a pris par la main, pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée (…) pour que l'on sache, de l'orient à l'occident, qu'il N'Y A RIEN EN DEHORS DE MOI".


N’est ce pas là, d’ailleurs le message primordial, la bonne nouvelle annoncée par Jésus  ?

« Convertissez-vous; car le Royaume des cieux est proche. » Matthieu 3 : 2

Qu’entendait Jésus par convertissez vous ? Changez de religion ? Passez de païen, à chrétien ?



Je l’entends autrement, et cela à la lumière de ma méditation des évangiles, et de toute mon expérience humaine. Je l'entends comme un appel à prendre conscience de l’illusion de la séparation des êtres individuels, éparpillés sur terre, tels multitude de dieux en dispute… et d’entrer en Soi même dans le mystère infini de l’unicité divine.
Tout l’enseignement spirituel juif  (le berceau spirituel de Jésus) a été admirablement synthétisé en deux commandements : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »



Le second commandement est consécutif et inséparable du premier.



Jésus connaissait en profondeur la faiblesse de la nature humaine, la profondeur du virus mental qui nous rend aveugles à la vision réaliste de notre condition existentielle véritable. L’Amour en l’humanité ne peut venir que de la puissance salvatrice et de la gloire de Dieu rayonnant en son cœur, en son âme, en toute sa pensée.


Je me suis évertué à lire l’évangile comme si j’étais un témoin de l'époque ignorant de la véritable identité de Jésus, (fils de Dieu universellement réputé tel deux millénaires plus tard), et cela depuis le récit de la grossesse « illégitime» d’une fille mère juive, appelée Myriam, qui n’a échappé à la lapidation que grâce à l’intelligence d’esprit de Joseph, jusqu’au récit de la mise à mort de l’hérétique religieux Jésus. Témoin dans  le contexte de méchanceté, de machisme, de violence institutionnelle et populaire de cette époque romaine.


C’est sous la croix, en présence de quelques intimes : sa mère, quelques femmes, et son disciple et proche ami Jean que j’ai pu affirmer comme le soldat romain : « Vraiment cet homme était Fils de Dieu » (Marc 15, 29 ; Matthieu 27, 54)


Qu’entendre par fils de Dieu ? Jésus lui-même en donne une définition simple et facilement compréhensible à tout à chacun :
« Bienheureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu » Mt 5, 9


Il n’est déjà pas toujours facile de trouver la paix en position de yoga, confortablement installé sur un cousin moelleux dans son salon climatisé, alors celui qui demeure en paix, dans une situation d’adversité aussi extrême que celle de la croix ne pouvait que profondément me bouleverser. D’autant quand la ville où cette épreuve infinie est arrivée s’appelle Jérusalem ( étymologiquement ville où on enseigne la paix)


La paix ? C’est le règne de Dieu qui vient parmi nous, l’Emmanuel ( Dieu au milieu de NOUS) autre nom donné à notre Seigneur Jésus Christ dans l'évangile.

 
J’ai collé cette citation sur le mur d’entrée de notre pièce principale :


"Il n’existe que deux façons de vivre votre vie. L’une comme si rien n’était un miracle. L’autre comme si tout était un miracle." – Albert Einstein


Et il a dit aussi : «Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »


  cloche Face à la certitude de l’infinité de la bêtise humaine, je n’ai trouvé qu’un seul remède : l’infinité de l’amour de Jésus-Christ dont Il a donné la preuve [size=16]éclatante sur la croix.[/size]


Pimprenelle, je t'embrasse, et te remercie pour tes questionnements qui m'oblige à formaliser tant qu'à faire ce peu, maladroitement ma foi en Jésus-Christ.
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: RESONANCE : OUI...MAIS   Jeu 8 Oct 2015 - 21:35

En te lisant Pimprenelle je découvre que peut-être malgré la différence de forme et de culture nous avons une expérience commune.
J’ai moi aussi vécu cette rencontre ( le mot n’est pas approprié puisqu’il n’y avait plus deux séparés mais  moi en Lui , nous en Lui , Lui en tout et finalement plus grand chose de moi). Ce ne sont pas non plus les mêmes mots que les tiens qui ont servi à penser les choses par la suite puisque je n’ai pas la même culture que toi.
Je n’étais pas croyante, je n’avais pas de religion et Dieu ne voulait pas dire grand chose pour moi. Et comme toi il y a eu un après et il m’a fallu « redescendre dans le monde » et des années de questionnements , de recherche laborieuse et de doutes ont suivi . Et ça ne s’est pas toujours passé dans la mousseline et le coton !

Mais aujourd’hui je comprends mieux même si je ne sais pas théoriser ni théologiser à ce sujet. L’incarnation est un des plus magnifiques mystères de la création .
Et pour moi Jésus est né et est venu pour le donner à voir dans toute sa plénitude ce mystère de l’incarnation.
J’aime la façon dont  l’apôtre Paul se plait à le nommer différemment chaque fois selon la nuance de sens sur laquelle il veut attirer l’attention: il l'appelle Jésus (assez rarement puisqu’il ne l’a pas connu comme personne en chair et en os…… ) ou Jésus le Christ, ou le Christ Jésus etc….

Je ne peux pas parler avec toi de tes interrogations concernant l’Eglise, les dogmes etc…Et je ne peux que très maladroitement employer le vocabulaire qui t’est familier . Christian est heureusement là !!!
Par contre  il est possible que nous puissions nous rejoindre à partir de l’expérience.

J’aurais des questions à te proposer pour aller dans ce sens. Ce ne sont pas des questions qui appellent des réponses à me donner bien sûr, mais comme je le sens , ce sont des questions à garder avec toi le temps qu'il faudra, des questions de toi à toi ou de toi au Père…..


Pimprenelle a écrit:
Je crois de tout mon être à "Que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi" (Jn 17,21) parce que je l'ai vécu : expérience bouleversante. Du vouvoiement dans le Notre Père, je suis passée au tutoiement. Pendant quelques mois, j'ai vécu le paradis sur terre, une plénitude de vie, puis cela a disparu, alors j'ai eu l'impression de redevenir "comme n'importe qui", avec la vie "normale" et des doutes ont commencé à surgir alternativement.

Mon problème est dans la certitude de la vérité.


Tu parles de quelle type de certitude  ?


Citation :
Si j'étais sûre que ce qui est écrit dans la Bible émane de Dieu et qu'en particulier les paroles attribuées à Jésus dans le N.T. sont vraies, .


Pour toi d’où pourrait venir une certitude de cette sorte?  Qu’est-ce qui pourrait te convaincre vraiment?


Citation :
alors je crois sans hésiter, même si je n'y comprends rien


Pourquoi penses-tu devoir croire sans comprendre ?
Y-a-il des choses, des phrases, des mots aux quels tu crois sans les comprendre?
Si oui les quels et pourquoi ?



Citation :
Dans la Bible, où est la part divine ? où est la part humaine avec l'influence de l'environnement, la perspective de la fin du monde, le caractère et l'ambition des narrateurs, les déformations liées aux répétitions orales, les ajouts des copistes, les imperfections des traductions ?


Et en toi-même à quoi reconnais-tu quand c’est la part divine qui s’exprime ou la part humaine?
Faisais-tu cette distinction de la même façon lors de ton expérience et dans les mois qui ont suivi ? Si oui de quelle façon?


Citation :
Et l'Eglise catholique, avec ses mystères, ses dogmes, ses sacrements, ses lois, son langage !
Et les religions, qui chacune se réclament d'un dieu qui n'a pas l'air d'être le même pour tous !


As-tu déjà observé si le mot Dieu que tu évoques le matin avant de méditer a le même sens exactement que le mot Dieu que tu formules ou penses l’après-midi et le même aspect exactement que que celui que tu pries le soir ? Penses-tu arriver chaque fois à faire contenir au mot dieu tout ce que très intimement il est pour toi c'est à dire le Père de l'expérience  dont tu nous as parlé?  Il faut regarder bien attentivement.
Si tu devais parler de Lui à quelqu’un qui n’en a vraiment aucune idée comment le ferais-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Pimprenelle



Messages : 21
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: Re: RESONANCE : OUI...MAIS   Ven 9 Oct 2015 - 5:48

Eh!bien, ma journée commence sous la pluie ! une pluie de réponses et d'invitations à aller encore plus loin dans mes interrogations !
Merci beaucoup, chère Myriam, cher Christian, en sachant que ce mot "merci" est trop faible. 85-031coeurs
tournerchaise J'ai l'impression d'avoir le "tournis" tournerchaise devant tout cela.
Bonne journée !

Revenir en haut Aller en bas
Pimprenelle



Messages : 21
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: Re: RESONANCE: OUI...MAIS   Ven 9 Oct 2015 - 9:01

Christian ! 3253-0003
Revenir en haut Aller en bas
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: argile dans les mains du potier, tu es !   Ven 9 Oct 2015 - 13:21

Pimprenelle, connais tu cette chanson ?


Chant du potier
(Pauline Vanier, Communauté de l'Arche)

1. Tu n'étais rien encore, déjà je t'entrevoyais
Ce que tu deviendrais, moi seul je le concevais

Comme l'argile dans les mains du potier
Ô toi mon peuple, longtemps, je t'ai pétri.

2. De la terre pétrie, je tirerai une forme
A la glaise meurtrie, j'insufflerai la vie

3. Si le vase est manqué, comme il arrive à la glaise
Toujours sans me lasser, je te refaçonnerai

4. Dans la paume de ma main, tu sais tu restes gravé
Je ne peux t'oublier, j'ai dit : je tiens mon projet

 
« Va chez le potier et je te ferai entendre ma parole, je vais t'expliquer quelque chose ». (Jr.18.2)
« Mais le récipient ne fut pas réussi, alors le potier en refit un autre comme il le jugea bon » (Jr.18.4)

J'ai ritualisé toutes mes séances de méditation contemplation en l'introduisant par cette prière : "Me voici, argile dans les mains du potier, qu'il en soit fait selon Ta volonté, mon Seigneur, mon Dieu, je T'aime" .... histoire d'humidifier cet argile, rugueux et peu malléable, comparable à un vieux caillou desséché !
Il m'est arrivé d'être pris d'un fou rire nerveux, je ris de ma situation grotesque, dans ce tohu bohu spirituel, dans lequel je me retrouve étourdi et désorienté !
Après le déluge, l'arc en ciel, puis la terre ferme de nouveau, patience, observe, écoute, ne crains rien, tu es entre les meilleures mains qui soient !

La prière par excellence dans ces moments de turbulence cyclonique : le Magnificat .... l'enseignement magistral de la Sainte Vierge Marie ... vers la contemplation apaisée au sein de toutes les turbulences régénératrices.

Bisous ! fleur
Revenir en haut Aller en bas
Pimprenelle



Messages : 21
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: Re: Argile dans les mains du potier, tu es   Ven 9 Oct 2015 - 18:10

Cher Christian,
Quelle journée ! Elle sera pour toujours gravée en moi !
Comme un abcès qui se crève, j'avais mis au grand jour mes interrogations principales au cours des jours précédents, tu m'avais longuement répondu avec toute la force de ta foi et, ce matin, je me sentais...incomprise et découragée. Pardon ! Et, spontanément, je t'ai crié 3253-0003 . Cet après-midi, j'ai eu le temps de préparer mes réponses à ton message d'hier et à celui de Myriam, mes réponses et affirmations étaient horriblement négatives (j'en concluais que je n'étais plus chrétienne) et, à la fin, je me suis dit: "Me voici orpheline" (C'est étrange, tu ne penses pas?) Puis, vers 17h, une vague d'amour m'a envahie (comment le dire autrement?)... J'étais comme les apôtres de la barque qui avaient crié 3253-0003 à Jésus...
Plus rien ne sera pour moi comme avant . Je remercie Dieu pour t'avoir mis sur ma route . Comment te dire tout ce que j'ai dans le coeur ce soir ?

Merci pour la chanson du potier . Je la dirai aussi (sans la mélodie); elle me fait penser, par l'abandon à Dieu, à la prière de Charles de Foucauld que je dis quasiment tous les jours.

Bisous. 85-031coeurs minirose sunny
Revenir en haut Aller en bas
Christian

avatar

Messages : 97
Localisation : 19410 Vigeois

MessageSujet: Tout est miracle !   Ven 9 Oct 2015 - 20:04

Chère Pimprenelle,
J'ai énormément aimé vivre ce moment bouleversant de synchronicité entre nous, Jésus au milieu de nous.  85-031coeurs Je suis curieux de lire cette prière de Charles de Foucault, si tu me le permets. Je suis heureux d'avoir été choisi pour t'aider à traverser cette rude épreuve. Prends soin de toi, savoure et contemple la Pimprenelle nouvelle, la merveille que tu es aujourd'hui, prend tout ton temps, sous le regard plein d'amour de Jésus Christ!

Je remercie aussi Myriam, qui a permise par son initiative, et ses contributions à être ensemble témoins de cette magnifique danse des anges.  angelo
Ma rencontre avec Jésus m'avait conduit vers Marie sa mère, jusqu'à l'audace de l'adoption filiale auprès de cette jeune fille juive Myriam, la Vierge Très Sainte, mère de Dieu. Myriam a toujours été là à chaque tournant décisif de mon pèlerinage. Elle m'a conduite à la dégustation de l'esprit de la lettre hébraïque, l'amour de l'Ecriture (sous l'inspiration d'études et de pratiques rabbiniques) puis à un long chemin de pèlerinage désertique vers le silence, la méditation, la contemplation et l'adoration dans les moindres geste du quotidien, la moindre rencontre .... ( sous enseignement et pratique bouddhiste) !

Aujourd'hui une page de mon livre de vie tourne, vers l'écriture d'une nouvelle page de mon évangile vivant qui s'ouvre.... Ta participation, Myriam, m'a ravie et confortée, mille fois merci à toutes les deux. Infinie est la puissance de l'Amour divin !
Revenir en haut Aller en bas
myriam

avatar

Messages : 351
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: RESONANCE : OUI...MAIS   Ven 9 Oct 2015 - 21:30

heureux41         




      bouquet
Revenir en haut Aller en bas
http://foidemauvaiseherbe.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RESONANCE : OUI...MAIS   

Revenir en haut Aller en bas
 
RESONANCE : OUI...MAIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» farine de riz, oui mais j'en fais quoi???
» Que faire sans Bac, mais avec niveau Bac?
» Apres le CAP, BEP électrotechnique, On me propose MEI mais jaime pas beaucoup
» premier trimestre difficile mais ça se calme
» « Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Méditation chrétienne  :: Vie spirituelle :: Doutes et questions-
Sauter vers: